MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 6 mai 2016

MA PENSEE DU SOIR

 

Aimer c’est s’augmenter en oubliant,

 

C’est échapper par un seul être à la médiocrité de tous les autres,

 

C’est être plus seul pour avoir tenter de l’être moins.

 

C’est redevenir comme tout le monde en s’imaginant qu’on devient comme personne

 

C’est donner rendez vous au bonheur dans le palais du hasard.

 

ABEL BONNARD

les enfants qui s'aiment

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LORSQUE TU SERAS VIEUX

Posté par sylvie le 29 avril 2016

LORSQUE TU SERAS VIEUX

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille,

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs,

Au mois de mai, dans le jardin qui s’ensoleille,

Nous irons réchauffer nos vieux membres tremblants

Comme le renouveau mettra nos cœurs en fête,

Nous nous croirons encor de jeunes amoureux

Et je te sourirai tout en branlant la tête,

Et nous ferons un couple adorable de vieux,

Nous nous regarderons assis sur notre treille

Lorsque tu seras vieux et que je serai vieille

Lorsque mes cheveux blonds seront des cheveux blancs

Sur le banc familier, tout verdâtre de mousse,

Sur le banc d’autrefois  nous reviendrons causer

Nous aurons une joie attendrie et douce

La phrase finissant souvent par un baiser,

Combien de fois jadis j’ai pu  dire  » je t’aime »

Nous nous souviendrons de mille choses

Même de petits riens exquis dont nous radoterons

Un rayon descendra, d’une caresse douce,

Parmi nos cheveux blancs, tout rose, se poser,

Quand sur notre vieux banc tout verdatre de mousse

Sur le banc d’autrefois nous reviendrons causer

Et comme chaque jour je t’aime davantage 

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain 

Qu’importeront alors les rides du visage

Si les mêmes rosiers parfument le chemin.

Songe à tous les printemps qui dans nos cœurs s’entassent,

Mes souvenirs à moi seront aussi les tiens

Ces communs souvenirs toujours plus nous enlacent,

Et sans cesse entre nous tissent d’autres liens,

C’est vrai, nous serons vieux, très vieux, affaiblis par l’âge,

Mais plus fort chaque jour je serrerai ta main,

Car vois tu, chaque jour je t’aime davantage,

Aujourd’hui  plus qu’hier et bien moins que demain.

ROSEMONDE GERARD

lesvieux.gif

Publié dans DIVERS | 1 Commentaire »

REFLEXION

Posté par sylvie le 14 février 2016

Etre soi meme

 

Des gens uniques, de par le monde,

Il en nait à chaque seconde.

Chacun de nous porte en soi

Une chose que les autres n’ont pas.

Les défauts et les qualités

Font un cocktail à mélanger

pour obtenir ce petit gout

Celui qui n’appartient qu’à nous.

 

Les etres humains sont si divers

Qu’il y aura toujours sur la terre

Quelqu’un qui trouvera en nous

Ce qui lui manque par dessus tout

 

Certains recherchent leurs contraires,

D’autres c’est leurs semblables qu’ils préfèrent

Mais l’important c’est d’arriver

A s’accepter tel que l’on est.

 

Et chercher à s’améliorer

n’est pas forcément tout changer

Quand on commence à s’apprécier,

L’entourage l’a vite remarqué

Il essaie de savoir pourquoi

On est tellement sur de soi.

 

Et tous ces gens qu’on admirait,

Finissent par nous envier,

Car eux aussi ils cherchent ailleurs,

Ceux qu’ils possèdent à l’intérieur.

 

 

REFLEXION dans PENSEES artfichier_642714_414119_201201272037255

 

27/01/2012 53 visites

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

LE MENSONGE

Posté par sylvie le 31 janvier 2016

Compagnon d’infortune de la colère, le mensonge a toujours eu mauvaise presse dans notre civilisation judéo-chrétienne. Chacun connaît le huitième Commandement ” tu ne mentiras point”. Jamais loi ne fut plus difficile à suivre. Seul un robot informatisé pourrait s’y conformer, tant elle apparaît inhumaine.


Certains sentant bien l’impossibilité de cette règle de vie, ont tenté de l’aménager en émettant l’
idée qu’il pouvait exister de ” pieux” mensonges. A quoi bon, par exemple , dire à un ami ” comme tu as vieilli ” ou ” tu n’as aucune chance de réussir”…  On peut effectivement ajouter que si le mensonge existe,c’est qu’il est utile, et donc parfois nécessaire… ” s’il y a la soif, dit le sage, c’est qu’il y’a de l’eau “.

Le mensonge est un moyen de défense tout à fait naturel et efficace. A ce titre, il ne mérite pas nos anathèmes, d’ailleurs parfaitement hypocrites.   Par nature, l’enfant qui ment est faible… il a besoin de se protéger; cette défense, il la trouve dans le mensonge, une des seules armes dont il dispose. Le risque existe bien sur qu’il n’en abuse et qu’il ne prenne un mauvais pli. En fait, il apprendra en devenant adulte que, dans les rapports affectifs d’égal à égal, la sincérité est presque toujours plus efficace pour préserver sa relation avec autrui que le mensonge. La vie affective est gratuite, et les boniments n’y font pas longtemps recette.


En revanche, dans la vie professionnelle, le mensonge lui apparaîtra comme une nécessité qu’il assumera sans trop de problèmes. Il est clair que la sincérité serait ” délicieuse” à tout moment, mais elle n’est pas de mise dans l’entreprise. Tout simplement parce que ce n’en est pas le lieu, et il n’y a pas à s’en offusquer.  Car l’homme au travail se retrouve à nouveau dans une situation où il doit protéger ses arrières. Si son supérieur commet une erreur, il n’est pas forcément sage de le lui faire remarquer. Pour peu que le patron soit irascible, c’est le gagne pain de l’employé qui est en jeu. Quelle qu’elle soit, l’activité professionnelle est toujours une forme de chasse.


Mentir n’est donc pas un crime, encore moins une faute …mais attention … Il n’y a qu’une personne à laquelle il vaux mieux ne pas mentir : c’est à soi même.


En résumé :


- le mensonge est un mécanisme protecteur de l’enfant comme de l’homme en société.

-le vrai névrosé serait sans doute celui qui ne mentirait jamais.


- Ne reculez pas devant le mensonge s’il s’avère nécessaire, mais dans votre dialogue à vous même restez lucide.

arbre magnifique coucher du soleil

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

CITATIONS DIVERSES

Posté par sylvie le 24 janvier 2016

QUELQUES PENSEES ET MAXIMES  SUR LA JUSTICE- LA VERITE  OU ENCORE DES ESPERANCES QUE CHACUN PORTE AU FOND DE LUI :

 

 

Les morsures les plus cruelles sont celles de l’indifference

 

Les conviction sont faites pour ceux qui n’ont pas envie de douter.

 

le doute est l’avenir de la connaissance.

 

La résignation est un bateau échoué qui ne rêve plus de prendre la mer.

 

Si tu n’as pas soif de justice , tu n’as pas faim de sagesse.

 

Inutile est le savoir pour celui qui n’a pas ajoute le raisonnement à  ses connaissances.

 

L’espoir n’est qu’une jouissance de l’esprit dans un avenir incertain. la rage de vaincre  est rarement ajustée à la valeur du désir.

 

Le présent est pénible si le passé est omnipresent

 

l’inutile commence dès que l’essentiel est dépassé.

 

L’inegalité entre humains est réelle quand on voit les fronts en sueur et ceux qui ne le sont jamais.

 

la voie du silence mène à la voie de la conscience.

 

bon we

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

ET LA MER ET L’AMOUR

Posté par sylvie le 22 décembre 2015

Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage

Et la mer et l’amour ont l’amer pour partage,
Et la mer est amère, et l’amour est amer,
L’on s’abîme en l’amour aussi bien qu’en la mer,
Car la mer et l’amour ne sont point sans orage.

Celui qui craint les eaux qu’il demeure au rivage,
Celui qui craint les maux qu’on souffre pour aimer,
Qu’il ne se laisse pas à l’amour enflammer,
Et tous deux ils seront sans hasard de naufrage.

La mère de l’amour eut la mer pour berceau,
Le feu sort de l’amour, sa mère sort de l’eau,
Mais l’eau contre ce feu ne peut fournir des armes.

Si l’eau pouvait éteindre un brasier amoureux,
Ton amour qui me brûle est si fort douloureux,
Que j’eusse éteint son feu de la mer de mes larmes.

P. MARBOEUF

 

 

SUPERBE IMAGE DE MER

Publié dans POESIES | Pas de Commentaire »

DESCARTES

Posté par sylvie le 13 décembre 2015

René Descartes est un philosophe mousquetaire qui a passé une bonne partie de sa vie à sillonner l’Europe centrale à cheval. Il est contemporain de ces temps baroque du règne de Louis XVIII qui nous apparaît  léger en comparaison de celui qui va suivre. Dansnotre mémoire tous les commencements ont cette vertu de légèreté.

Y’a t-il un système cartésien ? Premier constat : de toutes les grandes philosophies, celle de Descartes parait la moins complète: on n’ y trouve ni esthétique, ni politique, ni pensée juridique, sans même parler de philosophie de l’histoire laquelle ne tiendrait son essor qu’au siècle suivant.

L’Histoire a retenu de Descartes ses découvertes fondamentales en mathématiques ( la géometrie analytique, les coordonnées dites cartésiennes) et en physique ( les lois de réfraction en optique entre autre) On sait qu’il fit des observations et expériences approfondies en physiologie. Il pratiquait la dissection d’habile manière. Ce que l’on sait moins, c’est qu’il s’intéressa aussi aux avalanches, décrivit la structure des flocons de neige, songea à faire construire une lunette assez puissante pour voir s’il y’a des animaux dans la Lune et voulut comprendre pourquoi, pres de Rome, on crut voir, certain jour, plusieurs soleils.

LA RAISON CARTESIENNE

La raison se définit comme bons sens   » quand je pense ,je suis » : je suis moi meme et non un objet ou un animal, entre mains ou sous le pouvoir d’un autre. La raison suppose donc en meme temps qu’elle les déternime, conscience de soi et conscience du monde… Pensées ordonnées, , methodiques des éméments de ce monde, création d’idées nouvelles à partir des idées ultéreures.

 

UNE PHILOSOPHIE DE CERTITUDE

La pensée de Descartes est une philosophie de la certitude, c’est à dire une philosophie de la vérité prouvée. D’ailleurs à partir de Descartes, l’expression de vérité prouvée commence à devenir un pléonasme… N’est vrai que ce qui peut être démontré. Or seule la raison peut démontrer quelque chose.

 

LE DISCOURS DE LA MÉTHODE

Le discours de la méthode est paru en meme temps que trois traités scientifiques dont il constitue la préface; son titre complet est  » Discours de la méthode pour bien conduire sa raison et chercher la vérité dans les sciences. La première partie du texte de Descartes s’ouvre par la fameuse phrase … Je pense …Donc je suis.. Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée, il y’a le fait que tous les hommes, sauf les fous , sont doués de raison et le fait que si personne ne se juge assez riche ou fort ,personne ne croit manquer de bon sens. Mais si tous les lhommes sont doués de raison, tous ne l’appliquent pas de manière égale, d’ ou la nécéssite d’une methode qui permette l’acceès à la connaissance vraie et certaine.

Descartes dresse ensuite le bilan de ses études. Cette autobiographie intellectuelle écrite à la première personne a valeur générale : des différentes disciplines étudiées (humanités, philosophie,mathématiques) seules les mathématiques trouvent grâce à ses yeux à cause de la rigueur de leur methode.

C’est dans la deuxième partie que Descartes établit la liste des quatre régles de la methode :

- la régle de l’evidence : n’admettre comme vrai que ce que l’on conçoit clairement et distinctement.

-la régle de l’analyse : diviser la difficulté en autant de parties qu’elle en comporte

- la régle de la synthèse : reconstituer l’ensemble à partir des élements

- la régle de l’énumération : s’assurer que la question a été traitée de maniere exhaustive.

Dans la troisième partie Descartes enonce les régles de la morale dite provisoire :

- l’obeissance aux lois et coutumes de son pays en particulier de sa religion

- la fermeté et la résolution dans les actions.

-la sagesse qui veut que l’on change ce qui depend de nous, plutôt que de qui ne dépend pas de nous.

La quatrième partie du Discours traite de deux grandes questions métaphysiques:les preuves de l’existence de Dieu et de l’âme.

automne 2

Publié dans PHILOSOPHIE | Pas de Commentaire »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 29 novembre 2015

Mon blog sera une pause pour quelques jours ……….

Je vous souhaite une bonne semaine à tous …

 

vague à cannes par temps de pluie

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

CITATION DU SOIR

Posté par sylvie le 1 novembre 2015

L’amour est une valeur universelle qui existe dans toutes les cultures et depuis toujours.. Voici quelques pensées qui parlent de la tolérance, du pardon ou encore du bonheur d’être ensemble.

Les plus belles fleurs de l’amour s’appellent  confiance et générosité .

Les vertiges de l’amour sont à la hauteur du grimpeur .

Personne ne domine le vent, personne donc ne peut être certain de son cap dans la vie.


Quand tu manques de fleurs, offre un bouquet de mots.

Le bonheur ne s’installe pas sur une montagne de regrets.


Fais de ta maison un palais, fais de ton palais une maison.


Tout se refroidit  quand le mensonge s’installe.


Arrêter d’espérer c’est perdre la flamme de la vie.


Le bonheur ne peut s’installer là ou le doute et l’espoir alternent.tuli^pe

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

L’EGYPTE ET SON HISTOIRE

Posté par sylvie le 23 octobre 2015

L‘homme dans l’Egypte ancienne ne convolait que lorsqu’il pouvait subvenir aux besoins d’une famille. La mobilité sociale étant faible, la recherche de la future se faisait le plus souvent au sein de la famille élargie ou dans le cadre du village. Les filles se mariaient beaucoup plus tôt que les garçons, souvent dès la puberté, et c’était le père de la jeune fille qui choisissait le futur époux. Les enfants qui venaient vite, étaient  vivement désires. L’accouchement avait lieu à la maison toujours en présence des femmes de la famille et des sage-femmes professionnelles. A sa naissance ,le bébé recevait un nom, un peu surprenant pour nous,du genre  » Quelle satisfaction pour nous » ou  » Léveillé » ou alors le nom d’un dieu ou d’un pharaon. Si la mortalité était élevée,les familles étaient nombreuses entre quatre et six enfants.

 

 

DES EGYPTIENS COQUETS

 

 

les Égyptiens hommes et femmes, prenaient grand soin de leur corps. Auprès de Pharaon existait même un fonctionnaire d’importance  » le directeur de la toilette du roi » . Les

Égyptiennes prêtaient beaucoup d’attention à leur aspect.  Dans les classes aisées, elles portaient une longue robe fourreau, généralement moulante, parfois décolletée en V;la coiffure jouait un rôle important. Pour approfondir leur regard, les hommes et les femmes soulignaient leurs paupières de khôl galene.

 

 

PAINS,FRUITS ET LÉGUMES

 

 

Le pain chez les paysans était fabriqué à la maison , à l’aide de rouleaux de pierre les femmes écrasant le      grain sur des meules, puis tamisaient afin d’obtenir une farine panifiable. Outre les oignons, les concombres, et les haricots, paysans et ouvriers  produisaient des melons, pastèques, des courges et des courgettes. Pour les fruits, il y’ avait les figues, dattes, la pomme venue beaucoup plus tard. 

 

 

VIANDES ET POISSONS:

 

 

Le boeuf était la viande noble par excellence; mais la chair de gibiers du désert,  gazelles ou antilopes serait pas dédaignée -     on mangeait – c’était déjà moins noble de la   chèvre et du mouton .  Le paysan pauvre se contentait de la queue du mouton, épaisse et large, véritable réservoir à graissée revanche tout le monde ,paysans compris chassait le canard et l’oie sauvage;

 

 

LA BIÈRE ET LE VIN

 

Les Égyptiens avaient deux nourritures de base : le pain fait de blé, et la bière, faite d’orge, que tous buvaient, enfants compris.  L’usage du vin était moins répandu que celui de la bière.

 

 

IRRIGATION,AGRICULTURE  ELEVAGE

 

 

Soleil, eau et travail: la trilogie imparable pour gagner la bataille contre la faim. La maîtrise de l’eau, la gestion de l’irrigation ont été l’un des grands succès  de l’administration pharaonique pour gagner sans cesse des terres cultivables.En Egypte les premiers canaux ont été creusés de le début de l’ancien Empire pour faciliter le transport de lourdes charges. Des mauvaises crues et augmentation de la population poussèrent au développement de l’irrigation artificielle. Divers canaux permirent de développer une riche province agricole dans le delta. Le cultivateur dont les champs retient pas atteints par l’eau de l’inondation pouvait remplir les deux cruches de sa palanche dans un canal proche .

 

 

Pour travailler la terre, les paysans disposaient de houes et d’araires en bois dur.

Élevage jouait un rôle important, les anciens égyptiens multiplient les tentatives de domestication : résultats positifs pour les ânes, les bovins, les chèvres et les moutons , échec pour les gazelles, antilopes.

 

 

CHASSE ET PÈCHE

 

 

les Égyptiens de toute condition adoraient la pèche et la chasse. Il est vrai que le pays offrait de grandes chasses dans les déserts, toujours réservées au pharaon et aux grand.

Publié dans HISTOIRE | Pas de Commentaire »

1...34567...18
 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721