REFLEXION

Posté par sylvie le 14 février 2016

Etre soi meme

 

Des gens uniques, de par le monde,

Il en nait à chaque seconde.

Chacun de nous porte en soi

Une chose que les autres n’ont pas.

Les défauts et les qualités

Font un cocktail à mélanger

pour obtenir ce petit gout

Celui qui n’appartient qu’à nous.

 

Les etres humains sont si divers

Qu’il y aura toujours sur la terre

Quelqu’un qui trouvera en nous

Ce qui lui manque par dessus tout

 

Certains recherchent leurs contraires,

D’autres c’est leurs semblables qu’ils préfèrent

Mais l’important c’est d’arriver

A s’accepter tel que l’on est.

 

Et chercher à s’améliorer

n’est pas forcément tout changer

Quand on commence à s’apprécier,

L’entourage l’a vite remarqué

Il essaie de savoir pourquoi

On est tellement sur de soi.

 

Et tous ces gens qu’on admirait,

Finissent par nous envier,

Car eux aussi ils cherchent ailleurs,

Ceux qu’ils possèdent à l’intérieur.

 

 

REFLEXION dans PENSEES artfichier_642714_414119_201201272037255

 

27/01/2012 53 visites

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 18 avril 2015

pensee de jacques brel

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

A QUEL AGE EST ON VIEUX ?

Posté par sylvie le 19 novembre 2014

FILLETTEA quel âge est-on vieux ?

A cinq ans je croyais que l’on devenait vieux Sitôt qu ‘on atteignait la dizaine d’années Mais quand mes dix printemps sonnèrent glorieux Je remis à quinze ans mes caduques données.

Lorsque longtemps après, j’attrapai mes quinze ans, Je fixai à vingt ans ma future vieillesse. Or, mes vingt ans passés, j’ajoutai dix printemps, Pensant bien qu’à trente ans j’obtiendrais la sagesse.

Arrivèrent ces trente et là je me disais: On doit devenir vieux seulement à quarante. La quarantaine vint:j’étais robuste et frais. Alors, me suis-je dit, ce doit être à cinquante.

Cinquante tôt venu, vite je m’aperçus Qu’on reste jeune encore tant qu’on n’a pas soixante. Je les ai dépassés de seize ans révolus Et je me trouve aussi neuf que lorsque j’avais trente.

Mes cheveux sont, bien sûr, devenus grisonnants Mais je conserve encore un peu de ma crinière; Je marche sans bâton, mais j’ai perdu mes dents; Les jeunes pourraient bien me prendre pour grand-père.

Malgré tout, je me sens presque aussi bien portant Qu’en ces jours si actifs de ma plus tendre enfance; Plus modéré, bien sûr, sans crouler cependant. Mes rêves envolés, je garde l’espérance.

Parfois je me demande: » A quel âge est-on vieux? » Il me semble que moi, je suis toujours le même; Je me tiens occupé, je ne me sens que mieux. J’ignore la question, ça règle le problème.

Quand j’aurai mes cent ans, je dirai: « Ô Seigneur A quel âge est-on vieux? »….Mais à cent ans, quoi faire Si la neige des ans m’interdit tout labeur ? mieux vaut le ciel alors…quand il plaira au Père…

La jeunesse n’est pas une période de la vie,elle est un état d’esprit,un effet de la volonté,une qualité de l’imagination,une intensité émotive,une victoire du courage sur la timidité,du gout de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années,on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.Les années rident la peau;renoncer a son idéal ride l’âme.Les préoccupations,les doutes,les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui,lentement,nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Le jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.Il demande,comme l’enfant insatiable:Et après?Il défie les événements et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre Foi.Aussi vieux que votre Doute.Aussi jeune que votre confiance en vous-même.Aussi jeune que votre espoir.Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.Réceptif à ce qui est beau,bon et grand.Réceptif aux messages de la nature,de l’homme et de l’infini.

Si un jour,votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard…

Général Mac Arthur,1945

 

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

L’APPRENTISSAGE AU QUOTIDIEN

Posté par sylvie le 7 novembre 2014

On apprend sans cesse des autres et aux autres.

 

On admet généralement  que les jeunes acquièrent des connaissances  pour grandir et que les plus mûrs  leur transmettent ce qu’ils savent. Il serait néanmoins simpliste d’imaginer que l’âge est synonyme de sagesse. Si l’on veut se donner toutes les chances de grandir toute sa vie durant, pas de meilleure voie que la formation continue.

 

 La posture d’ » étudiant permanent de la vie » requiert de l’humilité, de la curiosité mais aussi l’envie de progresser dans tel ou tel domaine de son existence.

 

Cela nous pousse à aller de l’avant, à aller plus loin dans nos connaissances et nous insuffle de l’énergie.

 

citation sur la vie.jpg

 

 

Publié dans DIVERS, PENSEES | Pas de Commentaire »

L’ALPINISTE

Posté par sylvie le 29 août 2014

Grimpez si vous le voulez, mais n’oubliez jamais que le courage et la force ne sont rien sans prudence, et qu’un seul moment de négligence peut détruire une vie entière de bonheur.

N’agissez jamais à la hâte, prenez garde au moindre pas.

Et dès le début, ,pensez que ce pourrait être la fin…

 

Edward Whymper

 

ALPINISTE

 

 

Publié dans DIVERS, PENSEES | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU JOUR

Posté par sylvie le 7 février 2014

PENSEE DU JOUR ALAIN

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

ELLE AIMAIT LA VIE

Posté par sylvie le 22 septembre 2013

Il aimait la mort et ses ombres promesses,
Avenir incertain d’un garçon en détresse,
Il voulait mourir, laisser partir sa peine,
Oublier tous ces jours à la même rengaine…

Elle aimait la vie, heureuse d’exister,
Voulait aider les gens et puis grandir en paix,
C’était un don du ciel, toujours souriante
Fleurs et nature, qu’il pleuve ou qu’il vente

Mais un beau jour la chute commença,
[Ils tombèrent amoureux, mauvais choix,
Elle aimait la vie et il aimait la mort
Qui d’entre les deux allait être plus fort?

Ils s’aimaient tellement, ils auraient tout sacrifiés,
Amis et famille, capables de tout renier
Tout donner pour s’aimer tel était leur or,
Mais elle aimait la vie et il aimait la mort…

Si différents et pourtant plus proches que tout,
Se comprenant pour protéger un amour fou,
L’un ne rêvait que de mourir et s’envoler,
L’autre d’une vie avec lui, loin des atrocités…

Fin de l’histoire: obligés de se séparer,
Ils s’étaient promis leur éternelle fidélité
Aujourd’hui, le garçon torturé vit pour elle
Puisque la fille, pour lui a rendu ses ailes…

Il aimait la mort, elle aimait la vie
Il vivait pour elle, elle est morte pour lui… »

‘William Shakespeare’

 

ELLE AIMAIT LA VIE dans PENSEES 533377_379561498749577_805641178_n1

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 3 septembre 2013

MA PENSEE DU SOIR 

L’amour ne se prédit pas,,

Il se construit .

DANIEL PENNAC

tMA PENSEE DU SOIR  dans PENSEES 533377_379561498749577_805641178_n.

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

UNE VIE

Posté par sylvie le 30 août 2013

UNE VIE

 

Entre le rire et les pleurs,
entre l’attachement et le détachement,
entre le manque et la plénitude,Entre la dépendance et l’autonomie,
entre le vrai et le faux,
entre le masculin et le féminin,

Entre le bonheur et la tristesse,
entre l’absence et le présent,
entre la naissance et la mort

Toute une vie au milieu…
une vie pour apprendre à nommer ses émotions…

 

UNE VIE dans PENSEES baie-d-ajaccio


Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721