A UNE PASSANTE

Posté par sylvie le 29 août 2014

Image de prévisualisation YouTubeA UNE PASSANTE artimage_394624_3460339_2011061148189

Au milieu d’une rue étourdissante, le poète croise du regard une femme qui passe et il est ébloui par sa beauté et sa noblesse. Quand elle disparaît tout à coup dans la foule, il devient découragé. Mais malgré la brièveté de l’instant, il découvre qu’il se sent profondément touché par l’expérience.

 

Le thème est la rencontre, l’espoir puis l’échec de l’amour.

 

A UNE PASSANTE

La rue assourdissante autour de moi hurlait.

* Longue, mince, en grand deuil, douleur majestueuse,

Une femme passa, d’une main fastueuse

Soulevant, balançant le feston et l’ourlet;
Agile et noble, avec sa jambe de statue.

Moi, je buvais, crispé comme un extravagant,

Dans son oeil, ciel livide où germe l’ouragan,

La douceur qui fascine et le plaisir qui tue.
Un éclair… puis la nuit! — Fugitive beauté

Dont le regard m’a fait soudainement renaître,

Ne te verrai-je plus que dans l’éternité?
Ailleurs, bien loin d’ici! trop tard! jamais peut-être!

Car j’ignore où tu fuis, tu ne sais où je vais,

Ô toi que j’eusse aimée, ô toi qui le savait.

 

CHARLES BAUDELAIRE

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LA NATURE

Posté par sylvie le 9 août 2014

LA NATURE2666753e

 

La nature n’est pas un simple décor joli au regard.

Si tu fermes les yeux, tu ressens mille présences.

On ne vient pas écouter le silence dans la nature.

On écoute le vent, la terre,

La vie qui résonne et fourmille à nos oreilles.

 

Si un jour tu as perdu ton équilibre,

Que tu es dans le doute, trouve une forêt,

Cherche un tapis d’herbe ou de  mousse,

Allonge toi dessus, ferme les yeux, vide tes pensées

Respire l’odeur de la terre, écoute la vie,

Adapte ta respiration aux battements de ton coeur,

Ressens les moindres recoins de ton corps,

Et relâche un à un les muscles et les nerfs raidis par le temps.

 

Deviens oiseau au son du vent,

Deviens arbre parmi les arbres,

Deviens le vent qui bruisse dans le feuillage,

Deviens le cerf qui t’observe et que tu n’as pas vu,

Deviens fleur, deviens ruisseau, écoute le chant des ancêtres.

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LA VIE

Posté par sylvie le 27 juillet 2014

C’est comme un petit grain

Qu’on seme délicatement un matin

Une petite fleur voit le jour

Et on doit s’en occuper avec amour

Pour qu’elle puisse s’épanouir

Nous charmer et nous éblouir

Des jours ou il fait moins beau

Elle penche la tete et fait le gros dos

Elle replie ses pétales pour les protéger

Cachant son coeur et ses pensées

Attendant le retour du beau temps

Guettant la fuite des nuages dans le firmament

Un rayon de soleil lui sourit

Et la voila revenir a la vie

Relevant la tete droit vers le ciel

Redressant ses pétales, embaumant l’air autour d’elle

Elle se dit que tout est tellement beau

Et quelle chance elle a de pouvoir regarder si haut

La petite fleur apprend ce jour la

Que la vie a parfois des hauts et des bas

Qu’on ne doit jamais se décourager

Garder le moral jusqu’a ce que l’orage soit passé

Le soleil revient toujours comme un ami

Nous consoler et nous faire comprendre comme c’est beau la vie

Chaque personne a sa petite fleur dans son coeur

Qui ne demande qu’un peu de bonheur

On a tous besoin de soleil et d’amour

Pour s’épanouir et traverser les mauvais jours

La vie est ainsi pour les fleurs et pour nous

C’est pour ca que nous la bénissons a genoux

auteur: Jacqueline G. Bujold

 

rose 2

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 16 juillet 2014

Merci à tous mes amis lecteurs de m’avoir lu tout au long de cette année .

..Mon blog va être , en cette période d’été, en vacances … Neanmoins je viendrais de temps à autre vous faire un petit coucou, avec des thèmes en rapport avec cette période estivale..

Je vous souhaite à tous un très bel été…

 

LA MER

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LES QUATRE SAISONS

Posté par sylvie le 3 juillet 2014

4saisons-3.jpg

 
Au printemps de leur vie
Le amants se convoitent avec envie
C’est le temps des folles passions
Ils sont prisonniers de leurs propres pulsions

Dans l’été de leur vie
Ils découvrent l’amour
Mélange d’envie et de désir
Sentiment plus profond qui rime avec toujours

Dans l’automne de leur vie
Ils découvrent la tendresse
Sentiment immortel qui rime avec sagesse
Et qui grandit sans cesse

Dans l’hiver de leur vie
Les amants vivent de leur souvenirs
De tout ce qui , jour après jour , a fait leur plénitude
Ils ont atteint le véritable amour avant leur finitude

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LES COULEURS DE LA VIE

Posté par sylvie le 27 juin 2014

79f2c653

Dans les couleurs de la vie, Il y a du blanc, du noir, du gris,

Comme le peintre devant sa toile,

Peignant le jour qui se dévoile.

Il y aussi le rouge de la passion,

Qui va de pair avec les pulsions,

C’est la seule qui met du piment,

Dans nos pauvres petits sentiments.

Il y a du orange tel un ciel étrange

, Le soleil accueillant un ange

, Une nouvelle naissance,

Graine d’éternité ou de croyance.

Il y a le jaune des amours trompés,

On est toujours le premier étonné,

Elle n’a pas bonne réputation,

Le contraire de la purification.

Il y a parfois du vert à outrance

, On dit que c’est celle de l’espérance,

Comme une bouffée d’oxygène,

Devant le temps qui s’égrène.

Il y a le bleu des tendres aveux,

Qu’on peut lire les yeux dans les yeux,

Qu’ils soient malicieux ou rieurs,

C’est toujours signe de bonheur.

Il y a l’indigo, drôle de couleur

, Est-ce celle des prédateurs

, Des hommes voleurs d’amour,

Qui gardent et ne donnent rien en retour ?

Il y a le violet qui impose le respect,

Modèle de sagesse sous tous les aspects,

Beau comme une améthyste,

Qui à travers le temps résiste.

Il y a la couleur de l’âme

, C’est la seule qui se damne

, Pour prendre sa vraie couleur,

Souvent celle de la douleur.

Il y a une couleur indéfinissable,

Qui vient mettre son grain de sable,

On peut la voir la nuit et le jour,

C’est la couleur de l’amour…

 

coucher solei

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LE BONHEUR C EST DANS LA POCHE

Posté par sylvie le 30 mai 2014

ANIMAL….. FESTIVAL

 

Enregistrez, filmez, photographiez, dessinez, notez tout ce que vous inspire votre animal… Ses acrobaties, vocalises, roucoulements, ronrons, attitudes insolites, prix de beauté…  Un vrai feuilleton à épisodes! Entre amis, à l’école tout le monde en parle.

 

Succès fou pour votre hamster russe, chat persan, yorkshire, canard de Barbarie etc…… De véritables héros qui ont bien droit à leur festival.

 

 » La grandeur  d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés à la manière dont elle traite ses animaux »…GANDHI

 

BELLE IMAGE CHAT

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

ARAGON

Posté par sylvie le 1 mai 2014

Image de prévisualisation YouTubeREVERIESouriant, Aragon, sur la plupart des photos qui le montrent en compagnie. Et même s’il ne sourit pas,quelque chose de lumineux,  d’inspiré, émane de son visage. Image de sa poésie.


Automne 1908 – Deux femmes viennent de conduire à l’école, pour la rentrée des classes un enfant de onze ans, apparemment la maman  et la soeur….  Au domicile de ces  femmes arrive  un homme portant beau, et qui semble être un préfet de police..  D’ailleurs c’est u n préfet de police!  – Il entre dans la maison, et là ! stupeur !! le vieux monsieur  que l’on a  pris pour époux de la femme plus âgée, se dirige vers la toute jeune fille, la prend dans ses bras, lui donne un baiser de mari, et disparaît avec elle dans une chambre!   Cet homme  s’appelle Louis Andrieux.  Il a rencontré une jeune fille de 23 ans  dont il est tombé amoureux fou! ! , lui a 57 ans ! mais qu’importe !  un an après leur rencontre , leur fils est  né…


Louis Andrieux, installé dans la vie avec femme, enfants et honneurs a décidé que le nom de famille de ce fils de l’amour commencerait par un A, comme Andrieux, t que ce serait Aragon, une province  d’Espagne où il avait été en poste.  Il a décidé aussi que sa mère se ferait passer pour sa soeur, alors que sa grand-mère se déclarerait sa mère!!!!Ce qu’elles ont fait … Jusqu’en 1917,  lorsque Louis qui a bien grandi, est parti à la guerre.  Elles lui ont tout dit. Louis est parti pour les tranchées.. Il a bien failli en mourir.: envoyé au front , à Couvrelles, il est  enseveli trois fois sous la terre projetée par des obus. Mais il est revenu, Louis!   Il a terminé se études de médecine et puis il a décidé de tout abandonner pour devenir poète!   Non, a dit sa famille, nous te coupons les vivres! . Il n’en  a cure ….


Avec André Breton  qu’il a connu en 1917 il jette les bases du surréalisme en 1919, prend grand plaisir à participer à la création du mouvement Dada, puis s’attaque à la bourgeoisie avant de  se tourner résolument vers l’URSS  et son communisme triomphant. Il se met  à le louer avec d’autant plus de conviction que celle qu’il a rencontrée en 1928  au restaurant La  Coupole, à Paris, Elsa  Triolet , d’origine russe, née à Moscou, est devenue sa compagne, sa femme en 1939.


Pendant la seconde guerre mondiale, il devient un membre actif de la Résistance: mon parti, écrit – il, m’a rendu les couleurs de la France.    Il  est mobilisé, fait  prisonnier, puis s’évade,!  Il continue de publier des recueils de poèmes, des romans. En 1959 paraît  l’un des sommets de sa création artistique  : Elsa -


Elsa meurt en 1970 – Aragon lui survit douze ans. Il s’éteint le 24 decembre 1982 dans sa propritété, à Saint Arnoult en Yvelines. C’est son ami Jean Ristat qui lui ferme les yeux.   Louis et Elsa reposent dans le parc du Moulin de Villeneuve, devenu la Maison Elsa Triolet-Aragon, ouverte au public en 1994.


Il faut écouter la magnifique mise en musique  des poèmes d ‘ Aragon par le chanteur Jean Ferrat. – le plus beau des mariages entre la musique et la poésie! 


QUE SERAIS -JE SANS TOI

  Que serais -je sans toi qui vins à ma rencontre

  Que serais -je sans toi qu’un coeur au bois dormant,  

Que cette heure arrêtée au cadran de la montre

  Que serais-je sans toi que ce balbutiement …
J’ai tout appris de toi sur les choses humaines,

  Et j’ai vu désormais le monde à ta façon

  J’ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines

  Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines  

Comme au passant qui chante, on reprend sa chanson

  J’ai tout appris de toi jusqu’au sens du frisson …
J’ai tout appris d toi pour ce qui me concerne  

Qu’il fait jour à mdi, qu’un ciel peut être bleu  

Que le bonheur n’est pas un quinquet d taverne

  Tu m’as pris par la main , dans cet enfer moderne,

  Ou l’homme ne sait plus ce que c’est qu’être deux

  Tu m’as pris par la mai comme un amant heureux..
Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes,  

N’est ce pas     un sanglot que la déconvenue  

Une corde brisée aux doigts de guitariste

  Et pourtant je vous dis que le bonheur existe

  Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues,

  Terre, terre, voici ses rades inconnues..


ARAGON Musique de Jean Ferrat.

 

 

 

Publié dans DIVERS | 1 Commentaire »

L’AMOUR D’UNE MERE

Posté par sylvie le 16 mars 2014

L’amour maternel est l’attachement que ressent une mère pour son ou ses petits. Ce sentiment est souvent considéré comme le moteur des attentions de la mère veillant à la protection physique et morale des petits… Voici quelques photos L’amour de la mère  animale n’a rien à envier a celle des humains.

 

 

ENFANT ET SA MAMAN   MAMAN ET SON BEBE

 

 

MAMAN OURSE ET SES PETITS

ours polaire41

maman guepard   MAMAN GUEPARD ET SON PETIT

 

maman éléphante     MAMAN ELEPHANT ET SON PETIT

 

maman lion  de mer caressant son petit   MAMAN LION DE MER CARESSANT SON PETIT maman panda  MAMAN PANDA ET SON PETIT

 

maman renarde   MAMAN RENARDE ET SON PETIT

maman tigre  MAMAN TIGRE ET SON PETIT maman dauphin et s  MAMAN DAUPHIN ET SON PETIT

maman gorilleMAMAN GORILLE ET SON PETIT

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

le violon

Posté par sylvie le 20 février 2014

Image de prévisualisation YouTubeUNE FEMME AU VIOLON

 

l peut vous raconter l’histoire de trois générations

Mais pourtant ce n’est jamais qu’un violon

Il berce les enfants, il MARIE LES plus grandS

C’est l’ami de toute la maison

Son corps est fait du bois, de l’arbre de la vérité

Ses cordes ont une voix que l’on ne peut pas imiter

C’est un livre d’histoire, le violon de mon père

Il a tant de mémoires, le violon de mon père

Un jour il m’a offert une guitare pour m’amuser

Et depuis je ne l’ai jamais quittée

C’est elle qui m’a donné cette envie de chanter

Que j’aimerais vous faire partager

C’est toute mon enfance que je revis à chaque fois

Quand je vois ceux qui dansent

Ou bien qui pleurent quand il est là

Sur le bateau où nous allions chercher notre avenir

Nous lui avons confié nos souvenirs

Il les a bien gardé et si vous en doutez

Il vous suffit de lui demander

Vous l’entendrez gémir quand il raconte nos malheurs

Vous le verrez sourire quand il raconte nos bonheurs

E.MACIAS

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

1...345678
 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721