• Accueil
  • > Archives pour décembre 2014

LE BONHEUR ,C’EST LES AUTRES

Posté par sylvie le 30 décembre 2014

Aimer c’est s’augmenter en s’oubliant

C’est échapper par un seul être à la médiocrité de tous les autres

.C’est être plus seul pour avoir tenté de l’être moins

.C’est être redevenu comme tout le monde en s’imaginant qu’on devient comme personne.

 C’est donner rendez vous au bonheur dans le palais du hasard.

ABEL BONNARD

lecture

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

VOYAGE A………AMSTERDAM

Posté par sylvie le 16 décembre 2014

Amsterdam est la capitale des Pays Bas(bien que le siège du gouvernement se trouve à La Haye) et la plus grande ville de la province de Hollande Septentrionalee et des Pays-Bas.C’est l’une des petites villes les plus extraordinaires du monde..

De ses canaux à ses musées mondialement célèbres, elle est l’une des capitales européennes les plus romantiques et les plus surprenantes. C’est d’abord une histoire d’eau.. Elle est partout. A Amsterdam on ne change pas facilement de trottoir il faut contourner l’eau pour aller chercher un pont plus loin. Et comme 1281 ponts courbent l’échine pour lui faire allegeance, on se laisse séduire par la grace  qui se dégage du tableau.

Amsterdam 03-2005 (56)

. Amsterdam est une « petite métropole » d’un peu    plus de 1,5 million d’habitants. Riche capitale, elle incarne pour beaucoup la qualité de la vie urbaine, dotée de services de haut niveau. En revanche,l’ étalement urbain trouve ses limites dans    la congestion de la circulation automobile.

Au centre de la ville, on trouve sur le Dam (la digue) l’ancien hotel de villeduXVIIe siècle qui est depuis le règne du roi Louis Bonaparte (1806-1810) jusqu’à nos jours le    palais royal. La ville est également renommée pour le « quartier rouge De Wallen, un quartier chaud), et pour ses nombreux coffee shop, possédant une licence leur permettant de    commercialiser lecannabis. Hors du centre on trouve dans le quartier des musées le Riksmuseum, le Musée Communal et le musée Van Gogh…

amsterdam3

Le Nemo est un musée scientifique qui se trouve de l’autre côté de la ville, sur les bords de l’IJ. LeMusée Geelvinck-Hinlopen,, une jolie maison, avec    un beau jardin, donne une impression de la vie d’aristocratie au XVIIIe siècle. C’est également à Amsterdam que se trouve la maison d’Anne Franck. (    Source Vik.ipedia) …

Au  XIXe siècle, Amsterdam fut sous le joug de la France et de son empereur Napoléon. Puis comme toutes les capitales européennes, elle connut une période d’industrialisation à partir de    1830.

 

Amsterdam_-_Dam_1900

Au XXe siècle, Amsterdam accueillit de nombreux réfugiés juifs fuyant l’Allemagne nazie. Depuis, elle devint de plus en plus cosmopolite et conserve toujours cette image de ville    tolérante.

La capitale des Pays-bas offre un choix de musées, de parcs et de distractions parmi les plus riches. Il y a biensûr les    coffee shops, les clubs et les très agréables cafés bruns. Il y a aussi Van Gogh, Rembrandt, le quartier rouge et les ballades sur les canaux. L’atmosphère d’un village et l’ambiance d’une ville    monde.

 

amsterdam

Amsterdam et son architecture, ses canaux et ses maisons penchées. Ses friperies, ses vélos et ses restaurants    indonésiens… sans conteste l’une des villes les plus cool d’Europe .

amsterdam-2

 

Publié dans DIVERS, VOYAGES | Pas de Commentaire »

ANDRE MALRAUX

Posté par sylvie le 14 décembre 2014

On ne sait trop ce qui a crée la légende Malraux. Ses nombreux voyages vers l’Asie où il fut retenu manu militari pour avoir tenté d’en    rapporter quelque bas-relief de temple khmer,en 1924?

 

    Ses romans qui exaltent l’image de héros décidés à créer eux mêmes leur destin, même s’il les conduit au pire, plutôt que de subir une vie ordinaire, dépourvue de sens ?


Sa participation à la guerre d’Espagne en 1936  aux côtés des républicains, pilote et commandant de l’escadrille internationale Espana qu’il a constituée ?

    Son action , tardive pour certains, dans la Résistance où il devient le colonel Berger qui tente d’agir au printemps 1944 en accord avec les maquis du Sud Ouest, mais qui, arrêté à Gramat, dans    le Lot, puis transféré à Toulouse, échappe de peu au pire, les Allemands quittant précipitamment la ville ?

 

    Le commandant de la brigade Alsace-Lorraine qui est la première unité de la première armée française à pénétrer dans Strasbourg libérée en 1944?


L’homme qui doit surmonter la disparition tragique de ses deux demi-frères, exécutés par les nazis, celle de Josette Clotis, sa seconde épouse, qui meurt les jambes écrasées par un train le 12    novembre 1944, plus tard le 23 mai 1961 la mort de ses fils Gauthier, 20 ans et Vincent,18 ans dans un accident de voiture, près de Troyes?


Le gaulliste fidèle et convaincu, qui devient en 1959 ministre d’état, chargé des Affaires culturelles, créant les Maisons de la culture afin de démocratiser ce qui était réservé au petit nombre    ?


C’est tout cela, sans doute, la légende Malraux. C’est aussi le passionné d’art moderne qui fait réaliser par Marc Chagall l’actuel plafond de l’Opéra , en 1964 par André Masson,celui de    l’Odéon..


Mais c’est surtout le champion de l’épopée qui demeure dans la mémoire collective, le romancier qui a su à travers ses oeuvres montrer des héros engagés jusqu’à la mort dans une fraternité active    et révolutionnaire…


Qu’il était impressionnant,Malraux, lorsqu’il apparaissait sur le petit écran qui tout à coup semblait s’agrandir, tout savoir, tout dire! l’impression est identique lorsqu’il nous embarque avec    ses personnages dans l’Orient des révoltes..    Lorsqu’il parlait de son enfance il disait :  » Presque tous les écrivains que je connais aiment leur enfance, moi je déteste la    mienne .. ».  Passionné de littérature, il commence à se bâtir une culture personnelle qui va s’enrichir d’autant plus rapidement qu’on refuse de l’inscrire au lycée Condorcet .. A dix sept    ans le voilà libre..  Il se spécialise dans les livres rares, fréquente les milieux litteraires, rencontre Cocteau, Reverdy, les peintresVlaminck, Léger … En 1920 il devient directeur    littéraire des éditions du Saggitaire.. Il épouse l’année suivante  Clara Goldschmidt dont il place la fortune en Bourse ..  Mais il est  ruiné … La solution pour s’en    sortir ? L’aventure … Une aventure risquée: il s’agit d’aller prélever des bas-reliefs d’un temple cambodgien – l’art kmer le passionne- et de les revendre très cher en Europe … Et la fortune    est rebâtie en un clin d’oeil et une croisière … 


Si son aventure humaine est exaltante, sa vie privée est agitée , sa femme Clara est remplacée par Josette Clotis… Suit après la poétesse Louise de Vilmorin qui traverse quelques années de son    existence ..  En 1948 il épouse la femme de son demi-frère:Madeleine, et les deuils, et les tragédies ne l’épargnent pas ..  Remarquable de courage,il se relève toujours et continue    d’agir- il devient une sorte de conseiller international dans les dernières années de sa vie-


André Malraux est mort d’une congestion pulmonaire le 23 novembre 1976 à l’hôpital de Créteil …     Il était né le 3 novembre 1901 à Paris

tuli^pe

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

LE LANGAGE DE LA VIOLENCE

Posté par sylvie le 7 décembre 2014

LE LANGAGE DE LA VIOLENCE

 

Pour éviter la violence, pour la faire cesser, il est nécessaire d’instaurer le dialogue, de mettre des mots à la place des coups. La non violence passe donc par le langage.. Mais quel langage ? Car chacun sait combien un mot peut déclencher la furie de l’autre, combien une phrase peut enfermer autrer plus surement que des barreaux.

  Il y a un langage de la violence. C’est un langage qui juge,dévalorise, nie l’existence de l’autre, méconnaît toute émotion.

  Il y’a le langage de la non violence, celui qui écoute et respecte, celui qui reconnaît l’autre, qui partage les émotions, exprime les besoins.

  Le langage de la violence est celui que nous avons tous appris, car on apprend à parler le langage de ses parents et pour la plupart  des parents d’hier, c’était celui des jeux de pouvoir. Ils avaient toujours raison et savaient mieux que nous ce qui était bon pour nous. Il va sans dire que tout ce qu’ils faisaient étaient pour notre bien, meme lorsque cela nous faisait souffrir. Nos émotions avaient peu de poids. La colère surtout était bannie, et il était particulièrement mal venu de se fâcher contre ses parents. Nous avons donc appris cette langue du pouvoir sur l’autre, et une fois adultes, nous avons tendance à la manier à notre tour. Sa particularité est le déni des émotions pour faire une large place au jugement.

LES RACINES DE LA VIOLENCE : Contrairement à une idée communément admise, la violence n’est directement liée ni à l’injustice , ni à la blessure, ni à la frustration, mais à l’impuissance à gérer ses affects devant ces situations difficiles à exprimer ses besoins et à recevoir satisfaction. La distinction est d’importance : c’est l’impuissance qui préside la violence. Quand les émotions ressenties à l’occasion de la blessure, de l’injustice ou de la frustration sont exprimées et entendues, la personne qui les subit peut restaurer son intégrité. La violence n’est pas colère, elle est l’échec de la colère. 

Quand on n’a pas la possibilité de s’affirmer, d’être entendu, de résoudre un problème, on se sent impuissant et de plus en plus dépendant d’autrui. A la douleur s’ajoute le ressentiment. Trop de besoins non satisfaits mais surtout l’absence de pouvoir réel sur sa vie font le lit de la violence. La haine est accumulation de sentiments, d’injustice, de détresse, de frustrations, qui n’ont pas su trouver d’issue.

 vague à cannes par temps de pluie

.

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721