• Accueil
  • > Archives pour novembre 2014

A QUEL AGE EST ON VIEUX ?

Posté par sylvie le 19 novembre 2014

FILLETTEA quel âge est-on vieux ?

A cinq ans je croyais que l’on devenait vieux Sitôt qu ‘on atteignait la dizaine d’années Mais quand mes dix printemps sonnèrent glorieux Je remis à quinze ans mes caduques données.

Lorsque longtemps après, j’attrapai mes quinze ans, Je fixai à vingt ans ma future vieillesse. Or, mes vingt ans passés, j’ajoutai dix printemps, Pensant bien qu’à trente ans j’obtiendrais la sagesse.

Arrivèrent ces trente et là je me disais: On doit devenir vieux seulement à quarante. La quarantaine vint:j’étais robuste et frais. Alors, me suis-je dit, ce doit être à cinquante.

Cinquante tôt venu, vite je m’aperçus Qu’on reste jeune encore tant qu’on n’a pas soixante. Je les ai dépassés de seize ans révolus Et je me trouve aussi neuf que lorsque j’avais trente.

Mes cheveux sont, bien sûr, devenus grisonnants Mais je conserve encore un peu de ma crinière; Je marche sans bâton, mais j’ai perdu mes dents; Les jeunes pourraient bien me prendre pour grand-père.

Malgré tout, je me sens presque aussi bien portant Qu’en ces jours si actifs de ma plus tendre enfance; Plus modéré, bien sûr, sans crouler cependant. Mes rêves envolés, je garde l’espérance.

Parfois je me demande: » A quel âge est-on vieux? » Il me semble que moi, je suis toujours le même; Je me tiens occupé, je ne me sens que mieux. J’ignore la question, ça règle le problème.

Quand j’aurai mes cent ans, je dirai: « Ô Seigneur A quel âge est-on vieux? »….Mais à cent ans, quoi faire Si la neige des ans m’interdit tout labeur ? mieux vaut le ciel alors…quand il plaira au Père…

La jeunesse n’est pas une période de la vie,elle est un état d’esprit,un effet de la volonté,une qualité de l’imagination,une intensité émotive,une victoire du courage sur la timidité,du gout de l’aventure sur l’amour du confort.

On ne devient pas vieux pour avoir vécu un certain nombre d’années,on devient vieux parce qu’on a déserté son idéal.Les années rident la peau;renoncer a son idéal ride l’âme.Les préoccupations,les doutes,les craintes et les désespoirs sont les ennemis qui,lentement,nous font pencher vers la terre et devenir poussière avant la mort.

Le jeune est celui qui s’étonne et s’émerveille.Il demande,comme l’enfant insatiable:Et après?Il défie les événements et trouve la joie au jeu de la vie.

Vous êtes aussi jeune que votre Foi.Aussi vieux que votre Doute.Aussi jeune que votre confiance en vous-même.Aussi jeune que votre espoir.Aussi vieux que votre abattement.

Vous resterez jeune tant que vous resterez réceptif.Réceptif à ce qui est beau,bon et grand.Réceptif aux messages de la nature,de l’homme et de l’infini.

Si un jour,votre coeur allait être mordu par le pessimisme et rongé par le cynisme,puisse Dieu avoir pitié de votre âme de vieillard…

Général Mac Arthur,1945

 

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

LES PSYCHOTHERAPIES 2eme Partie

Posté par sylvie le 9 novembre 2014

LES PSYCHOTHERAPIES DE MOYENNE DUREE

 

Le psychodrame : c’est une psychothérapie de groupe fondée sur le jeu théâtral visant à libérer les individus de leurs comportements. L’efficacité thérapeutique repose sur la fiction du jeu qui déjoue la censure

 

La gestalt thérapie : c’est une approche globale de l’individu selon les cinq principales dimensions de l’être ( physique, affective, intellectuelle, sociale, et spirituelle).. Le travail es ta la fois verbal et corporel et se pratique à la fois en thérapie individuelle et en thérapie de groupe. Le but de la thérapie est de rendre le patient capable de ne pas dépendre des autres et délai faire découvrir qu’il peut faire beaucoup de choses seul .. La durée est d’une séance par semaine pendant deux ou trois ans .

 

La thérapie familiale : Dans ce cadre, le symptôme de l’enfant n’est plus interprété comme le seul signe de difficultés individuelles mais plutôt comme le révélateur de relations dysfonctionnelles impliquant la famille entière. Le thérapeute se concentre sur la détermination des rôdes et des places de chacun et aide à la positivassions des ressentis conflictuels.

 

Le symptôme du patient désigné est le signe que la famille doit s’adapter à une nouvelle situation ( un deuil, l’entrée d’un enfant dans l’adolescence) mais qu’elle résiste au changement. La thérapie familiale est particulièrement préconisée en cas de symptômes psychosomatiques tels que l’anorexie, la boulimie , mais également la toxicomanie et l’alcoolisme. La durée d’une thérapie familiale oscille entre quelques mois et quatre ans à raison d’une séance par semaine.

 

 

LES PSYCHOTHERAPIES DE MOYENNE DUREE

 

Le psychodrame : c’est une psychothérapie de groupe fondée sur le jeu théâtral visant à libérer les individus de leurs comportements. L’efficacité thérapeutique repose sur la fiction du jeu qui déjoue la censure.

 

La gestalt thérapie : c’est une approche globale de l’individu selon les cinq principales dimensions de l’être ( physique, affective, intellectuelle, sociale, et spirituelle).. Le travail es ta la fois verbal et corporel et se pratique à la fois en thérapie individuelle et en thérapie de groupe. Le but de la thérapie est de rendre le patient capable de ne pas dépendre des autres et délai faire découvrir qu’il peut faire beaucoup de choses seul .. La durée est d’une séance par semaine pendant deux ou trois ans .

 

La thérapie familiale : Dans ce cadre, le symptôme de l’enfant n’est plus interprété comme le seul signe de difficultés individuelles mais plutôt comme le révélateur de relations dysfonctionnelles impliquant la famille entière. Le thérapeute se concentre sur la détermination des rôdes et des places de chacun et aide à la positivassions des ressentis conflictuels.

 

Le symptôme du patient désigné est le signe que la famille doit s’adapter à une nouvelle situation ( un deuil, l’entrée d’un enfant dans l’adolescence) mais qu’elle résiste au changement. La thérapie familiale est particulièrement préconisée en cas de symptômes psychosomatiques tels que l’anorexie, la boulimie , mais également la toxicomanie et l’alcoolisme. La durée d’une thérapie familiale oscille entre quelques mois et quatre ans à raison d’une séance par semaine.

 

LA PSYCHOTHERAPIE LONGUE : La Psychanalyse

 

Les pensées psychanalytiques

 

Issue de l’hypnose et de l’étude des rêves, Freud élabore une méthode appelée psychanalyse. C ‘est technique qui se donne pour objectif de découvrir au plus profond de notre inconscient, la source de nos souffrances psychique et nous permet de vivre avec.

 

Cependant la psychanalyse moderne n’est pas un monolithe: elle se compose de diverses tendances mettant l’accent sur un aspect ou un autre. La référence historique reste la pensée freudienne mais le XXe siècle a tout connu de grands psychanalyses qui ont mis l’accent sur différentes problématiques.

 

CARL JUNG Médecin psychiatre, il devient en 1906 le disciple de Freud, et ainsi l’un des fondateurs de la psychanalyse. En 1913 Jung se distingue de son maître et son opposition porte surtout sur la méthode. Alors que Freud en a rigoureusement fixé les processus, Jung opte pour une démarche personnelle, empirique: chacun doit trouver la liberté de trouver, conduit par son propre inconscient, son cheminement particulier. Leur divergence est surtout importante sur les contenus même de l’inconscient. Là ou Freud statue uniquement les désirs sexuels refoulés, Jung perçoit d’autres contenus, riches de forces créatrices. Pour l’explorer il étudie les grands mythes fondateurs, les religions, les arts.

 

JACQUES MARIE LACAN : il a puisé dans la théologie, la cybernétique, l’ethnologie, la linguistique et les mathématiques pour enrichir la psychanalyse. Peu désirer de s’en tenir aux dogmes, il a introduit de nouveaux concepts prolongeant la théorie freudienne. Notamment «  le stade du miroir » qui rend compte de la genèse du moi, le sujet acquiert la conscience d’avoir un moi. Toute psychanalyse débute par des entretien préliminaires pour cerner la problématique du patient et tester son désir d’entreprendre une analyse . Chez les lacaniens, ils durent plusieurs semaines. Le patient est ensuite invité à s’allonger dès que l’analyse est placé en tant que «  sujet supporté savoir ». La cause de la souffrance. Ce qui, d’après Lacan, signe la mise en place du transfert.

 

Le travail de l’analyste consiste à rendre visible une vérité que notre conscience s’efforce de fuir car trop désagréable. C’est adire contraire à la morale, aux règles éducatives, à nos idéaux, et à l’image que nous voulons donner de nous .

 

Le sens de nos symptômes de nos difficultés existentielles se trouve  dans l’inconscient, c’est-à-dire dans nos rêves, nos lapsus, nos actes manqués, dans les propos que nous énonçons sans réellement nous entendre.

 

Le patient est donc invité à dire tout ce qui lui passe par la tête, à associer ses idées sans les trier ni les censurer. L’analyste ne fournit ni explication, ni conseil. Il intervient uniquement pour aider le patient à s’entendre. La fréquence des séances est de deux à trois fois par semaine, et dure plusieurs années ( minimum cinq ans)

 

Le transfert : est indispensable pour faire avancer l’analyse. Le psychanalyse n’st pas la en tant que personne réelle, mais pour que le patient puisse lui donner successivement les visages de tous les personnages importants de son histoire , retrouver les sentiments qu’il a éprouvé face à eux et les analyser pour s’en débarrasser. Par l’effet du transfert, le patient devient très dépendant de l’analyste. Celui dit doit donc respecter une éthique : réserve, respect de la parole de l’autre et non interventionnisme.

 

Le rôle de l’argent est un élément essentiel de là psychanalyse. En effet c’est l’argent qui permet au patient de bénéficier d’une écoute professionnelle et de se libérer ainsi de toute dette envers l’analyse.

 

La psychanalyse considère le patient dans son ensemble. Ce dont il souffre est pour lui une façon d’exprimer quelque chose qu’il ne peut pas dire avec des mots et qui renvoie toujours à son histoire personnelle. Chaque symptôme est donc unique et pour guérir, il ne suffit pas de le supprimer mais il faut savoir ce qui l’a provoqué.

 

En analyse tout renvoie toujours au passé, alors que la plupart des psychothérapies ne considèrent que «  l’ici et maintenant ». En s’accordant des priorités différents, les thérapies brèves et les thérapies longues peuvent être envisagées comme des approches complémentaires. En effet, dans la chronologie de la maturation personnelle, il y’a un temps pour la prise de conscience, un temps pour comprendre, et un temps pour vivre mieux. Nous sommes tous confrontés à des moments difficiles – Et nous pourrons les surmonter d’autant mieux que nous aurons  » réparer » les blessures du passé.

 

 

nice aujourd'hui

 

 

LA PSYCHOTHERAPIE LONGUE : LA PSYCHANALYSE

 

Les pensées psychanalytiques

 

Issue de l’hypnose et de l’étude des rêves, Freud élabore une méthode appelée psychanalyse. C ‘est technique qui se donne pour objectif de découvrir au plus profond de notre inconscient, la source de nos souffrances psychique et nous permet de vivre avec.

 

Cependant la psychanalyse moderne n’est pas un monolithe: elle se compose de diverses tendances mettant l’accent sur un aspect ou un autre. La référence historique reste la pensée freudienne mais le XXe siècle a tout connu de grands psychanalyses qui ont mis l’accent sur différentes problématiques.

 

CARL JUNG Médecin psychiatre, il devient en 1906 le disciple de Freud, et ainsi l’un des fondateurs de la psychanalyse. En 1913 Jung se distingue de son maître et son opposition porte surtout sur la méthode. Alors que Freud en a rigoureusement fixé les processus, Jung opte pour une démarche personnelle, empirique: chacun doit trouver la liberté de trouver, conduit par son propre inconscient, son cheminement particulier. Leur divergence est surtout importante sur les contenus même de l’inconscient. Là ou Freud statue uniquement les désirs sexuels refoulés, Jung perçoit d’autres contenus, riches de forces créatrices. Pour l’explorer il étudie les grands mythes fondateurs, les religions, les arts.

 

JACQUES MARIE LACAN : il a puisé dans la théologie, la cybernétique, l’ethnologie, la linguistique et les mathématiques pour enrichir la psychanalyse. Peu désirer de s’en tenir aux dogmes, il a introduit de nouveaux concepts prolongeant la théorie freudienne. Notamment «  le stade du miroir » qui rend compte de la genèse du moi, le sujet acquiert la conscience d’avoir un moi. Toute psychanalyse débute par des entretien préliminaires pour cerner la problématique du patient et tester son désir d’entreprendre une analyse . Chez les lacaniens, ils durent plusieurs semaines. Le patient est ensuite invité à s’allonger dès que l’analyse est placé en tant que «  sujet supporté savoir ». La cause de la souffrance. Ce qui, d’après Lacan, signe la mise en place du transfert.

 

Le travail de l’analyste consiste à rendre visible une vérité que notre conscience s’efforce de fuir car trop désagréable. C’est adire contraire à la morale, aux règles éducatives, à nos idéaux, et à l’image que nous voulons donner de nous .

 

Le sens de nos symptômes de nos difficultés existentielles se d’issue dans l’inconscient, c’est-à-dire dans nos rêves, nos lapsus, nos actes manqués, dans les propos que nous énonçons sans réellement nous entendre.

 

Le patient est donc invité à dire tout ce qui lui passe par la tête, à associer ses idées sans les trier ni les censurer. L’analyse ne fournit ni explication, ni conseil. Il intervient uniquement pour aider le patient à s’entendre. La fréquence des séances est de deux à trois fois par semaine, et dure plusieurs années ( minimum cinq ans)

 

Le transfert : est indispensable pour faire avancer l’analyse. Le psychanalyse n’st pas lao en tant que personne réelle, mais pour que le patient puisse lui donner successivement les visages de tous les personnages importants de son histoire , retrouver les sentiments qu’il a éprouvé face à eux et les analyser pour s’en débarrasser. Par l’effet du transfert, le patient devient très dépendant de l’analyste. Celui dit doit donc respecter une éthique : réserve, respect de la parole de l’autre et non interventionnisme.

 

Le rôle de l’argent est un élément essentiel delà psychanalyse. En effet c’est l’argent qui permet au patient de bénéficier d’une écoute professionnelle et de se libérer ainsi de toute dette envers l’analyse.

 

La psychanalyse considère le patient dans son ensemble. Ce dont il souffre est pour lui une façon d’exprimer quelque chose qu’il ne peut pas dire avec des mots et qui renvoie toujours à son histoire personnelle. Chaque symptôme est donc unique et pour guérir, il ne suffit pas de le supprimer mais il faut savoir ce qui l’a provoqué.

 

En analyse tout renvoie toujours au passé, alors que la plupart des psychothérapies ne considèrent que «  l’ici et maintenant ». En s’accordant des priorités différents, les thérapies brèves et les thérapies longues peuvent être envisagées comme des approches complémentaires. En effet, dans la chronologie de la maturation personnelle, il y’a un temps pour la prise de conscience, un temps pour comprendre, et un temps pour vivre mieux. Nous sommes tous confrontés à des moments difficiles

 

et nous pourrons les surmonter d’autant mieux que nous aurons «  réparer » les blessures du passé.

 

 

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

PSYCHOTHERAPIES – 1ere Partie

Posté par sylvie le 9 novembre 2014

 

Grace aux médias, notamment la tv, chacun sait que tous les  » maux de l’âme  » méritent une prise en charge psychologique….Chagrin, phobies, deuil … Impuissant devant la souffrance, on réfléchit. Consulter ? L’idée de tout changer séduit mais fait également peur.. Plus de trois millions de Français suivent ou ont suivi une psychothérapie. Seul un quart d’entre eux suivent une analyse dite classique.. Ce qui indique que les trois quart des Français qui suivent une thérapie préfèrent les thérapie à court erme, pas forcément basées sur la parole.

On distingue la psychothérapie- qui vise une approche psychologique, le traitement de symptôme et le développement personnel- de la psychanalyse , méthode plus longue qui explore le psychisme à travers ses productions conscientes et inconscientes.

UNE PSYCHOTHERAPIE: POURQUOI ? COMMENT ?

Une psychothérapie est un ensemble de techniques qui visent au traitement des maladies mentales,des inadaptations ou des troubles psychosomatique par l’intermédiaire de procédés psychiques. Derrière le label  » Psy » se profilent en France environ 55000 professionnels dont les psychothérapeutes qui n’ont pas encore de statut réglementé. Alors vers qui se tourner ?

 

Toutes les psychothérapies s’intéressent aux symptômes douloureux, à ses ressources intérieures.Elles offrent au patient une vision différente de sa souffrance qui le libére de son enfermement ou lui livre des perspectives nouvelles.Toute thérapie implique un changement..Une thérapie, peu importe l’âge, ne peut fonctionner que si la personne est consciente d’une souffrance et désireuse de s’en débarasser. Le plus souvent , on oppose psychanalyse et psychothérapies. La première, qui est un travail de longue haleine, propose une exploration de l’inconscient, un travail profond sur soi. Le but de la cure est de réconcilier le patient avec sa vérité  profonde et d’acquerir une meilleure connaissance de soi même.

On  peut dire que l’efficacité d’une thérapie ou d’une analyse dépend du savoir faire du praticien beaucoup plus que de la méthode utilisée. De façon schématique on peut dire que la thérapie brève est préconisée quand le problème est précis, ponctuel et bien circonscrit ( arrêter de fumer, de rougir ,stress) -

Une thérapie brève ou  moyenne peut être indiquée en cas de crise ( difficultés relationnelles – sexuelles- conjugales, professionnelles)

  Une psychanalyse est recommandée pour des personnes qui vont assez bien dans la vie sociale et qui souhaitent entrer dans un processus de connaissance de soi. 

 

LES PSYCHOTHERAPIES DE COURTE DUREE .

Elles visent à déconditionner les patients de certains blocages ou phobies , peu à peu le patient est mis face à des situations qui l’angoissent pour apprendre à dépasser des obsessions ou des troubles post traumatiques. Ces thérapies sont généralement assez courtes et localisées sur la guérison des symptômes.

Les thérapies comportementales corrigent un comportement, une obsession, une peur, une inaptitude.

 L’HYPNOSE ERIKSONNIENNE

Elaborée par un psychothérapeute de renommée internationale, Milton Erickson , le thérapeute travaille sur les états de conscience modifiées (EMC) permettant de mobiliser les souvenirs enfouis et les ressources profondes de l’inconscient. L ‘individu plonge dans une forte suggestibilité. L’objectif est de libérer l’inconscient pour que le patient adopte d’autres comportements. L’hypnose permet de contourner les résistances de la conscience. Il faut compter cinq à six séances pour voir apparaître des changements . La durée est de quelques semaines.

 

LA SOPHROLOGIE

La sophrologie vise «  l’harmonie de la conscience » par le renforcement du schéma corporel, la visualisation et la stimulation de l’imaginaire. A terme, elle elle crée des automatismes basés sur le contrôle de soi. La sophrologie est à la fois une science qui étudie la conscience de l’homme , une philosophie humaniste et un ensemble de méthodes d’entrainement utilisant la relaxation. Cette méthode est inspirée de l’hypnose et maintient l’activité consciente à la frontières de l’endormissement. Elle dure de quelques semaines à une année à une raison d’une séance par semaine.La sophrologie convient à tout âge, elle aide à trouver son équilibre , prévient les tensions et les surmenages et supprime des troubles tels que l’insomnie, la spasmophilie, l’angoisse, la timidité ou encore le manque de confiance en soi.

 

scade

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans DIVERS, PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

L’APPRENTISSAGE AU QUOTIDIEN

Posté par sylvie le 7 novembre 2014

On apprend sans cesse des autres et aux autres.

 

On admet généralement  que les jeunes acquièrent des connaissances  pour grandir et que les plus mûrs  leur transmettent ce qu’ils savent. Il serait néanmoins simpliste d’imaginer que l’âge est synonyme de sagesse. Si l’on veut se donner toutes les chances de grandir toute sa vie durant, pas de meilleure voie que la formation continue.

 

 La posture d’ » étudiant permanent de la vie » requiert de l’humilité, de la curiosité mais aussi l’envie de progresser dans tel ou tel domaine de son existence.

 

Cela nous pousse à aller de l’avant, à aller plus loin dans nos connaissances et nous insuffle de l’énergie.

 

citation sur la vie.jpg

 

 

Publié dans DIVERS, PENSEES | Pas de Commentaire »

PABLO NERUDA

Posté par sylvie le 2 novembre 2014

santiagoImage de prévisualisation YouTube »

« Il reste que je ne suis qu’un homme, mais plusieurs vous diront quel  homme j’ai été. J’ai toujours lutté pour le peuple et les droits de celui ci de se gouverner lui même, j’en ai frôlé la mort plus d’une fois et j’ai même dû me sauver de chez moi pour de longues années. Mais j’ai toujours écrit et aimé la vie. Mon oeuvre fait le tour du monde et je suis devenu un symbole pour une jeunesse pleine de vie. Les élèves aimeront mon « Chant général » où je tente de faire sortir toute la beauté du monde. J’aime la vie et le monde,  j’ai été heureux dans ma lutte incessante.  »

 

D’origine modeste, Pablo Neruda est né en 1904 au Chili. Son enfance , très proche de la nature, a pour cadre Temuco, petite ville de l’Araucanie. Dès l’adolescence, et pendant ses études dans la capitale, Santiago, il écrit avec avidité. Ses oeuvres se succèdent au long d’une vie marquée par les voyages, l’errance, l’exil : » Ainsi toute ma vie, je suis allé, venu, changeant de vêtements et de planète »

À partir de 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires: Rangoon, Colombo, Batavia, Buenos Aires.   En 1935, il est à à Madrid, la veille de la guerre civile.

En 1940, après un séjour au Chili, Neruda est nommé, consul général au Mexique. La peinture des grands muralistes, Orozco, Rivera, Siqueiros, n’est pas sans influence sur Le Chant général    (Canto general) qu’il compose alors.

En 1945, le poète est élu sénateur des provinces minières du nord du Chili; la même année, il adhère au Parti communiste mais les persécutions du président de la République, Gabriel González    Videla, l’obligent à fuir son pays. À nouveau, les voyages se multiplient aux quatre coins du monde

En 1950, Neruda obtient le prix Staline de la paix.

En 1970, il est nommé ambassadeur du Chili, sous le gouvernement socialiste du président Allende

Le 21 octobre 1971, il reçoit la consécration du prix Nobel de littérature. Dans le discours qu’il prononce à Stockholm, le poète évoque avec tendresse les frères inconnus qui l’aidèrent    à franchir les Andes alors que sa tête était mise à prix dans son propre pays (1949). Réaffirmant « qu’il n’y a pas de solitude inexpugnable et que le poète n’est pas «un petit dieu», Neruda se    rallie à la prophétie de Rimbaud: «À l’aurore, armés d’une ardente patience, nous entrerons aux splendides villes», en laquelle il voit la proclamation d’un avenir certain.

En 1972, il prononce devant le Pen Club International un discours dénonçant le blocus américain contre le Chili. Géographie infructueuse (Geografía infructuosa, 1972) paraît en    mai à Buenos Aires: pressentant sa proche agonie, le poète s’interroge sur sa vie et sur son oeuvre poétique. Renonçant à son poste, il quitte la France le 20 novembre 1972 et rentre au Chili    avec Mathilde Urrutia. Son peuple l’accueille triomphalement à Santiago. Ses oeuvres, au fil des ans, n’ont pas cessé de voir le jour, tout imprégnées des péripéties d’une vie tumultueuse et    généreuse: «Je déclare ici que personne n’est passé près de moi qui ne m’ait partagé. J’ai brassé jusqu’au coude et rebrassé dans une adversité qui n’était pas faite pour moi dans le malheur des    autres.»

En 1973, Neruda participe à la campagne pour les élections de mars en écrivant Incitation au nixonicide et éloge de la révolution chilienne (Incitación al nixonicidio y alabanza de la    revolución chilena, 1973); tout en chantant l’Océan et Quevedo, il fustige dans de courts pamphlets les «politicards» et les «larrons». Le 11 septembre, un putsch militaire renverse    le gouvernement de l’Unité populaire. Allende est assassiné à la Moneda.

Le 24 septembre 1973, Pablo Neruda meurt à Santiago. Ses obsèques se déroulent en présence de l’armée: des chants jaillissent de la foule, témoignant, par-delà la mort, du pouvoir subversif de la    poésie.

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

SAINT EXUPERY

Posté par sylvie le 1 novembre 2014

 » Si je suis descendu, je ne regretterai absolument rien…La termitière future m’épouvante. Et je hais leurs vertus de robots. Moi, j’etais fait pour être    jardinier »….. Telles sont les dernières phrases écrites par le commandant Antoine de Saint Exupery, dans une lettre retrouvée sur son bureau, au matin de sa disparition… Trente millions    d’exemplaires de son oeuvre majeure,  » Le petit Prince » ont été vendus dans le monde, en cent soixante traductions….

Le  » Petit Prince  » a traversé presque toutes les enfances heureuses  qui furent à l’écoute de l’institutrice ou de la maman, sûres de lire un  conte pour    enfants pusqu’on y trouve des animaux et des fleurs qui parlent, des planètes-jouets, et surtout cet enfant venu d’ailleurs, à la pureté désarmante, au chagrin mystèrieux. Plus tard, lorsqu’on a    quitté l’enfance heureuse et qu’on relit  » le Petit Prince »  on  comprend  que ce peut être aussi un conte pour enfants, mais que seuls les adultes sont capables d’en saisir    la portée symbolique… La rose, ses épines et ses caprices, les personnages devenus des petites planètes résignées, le renard pédagogue dans le théâtre des humains, c’est mille chemins nouveaux    qu’on identifie parce qu’on les a déjà parcourus… Et puis vient le temps des relectures tardives, surprenantes parce qu’on trouve encore dans l’aventure du Petit Prince la trace de ce qu’on a    pu être, ou voulu être.. On se retrouve sur son chemin, juusqu’au bout, jusqu’à sa fin , bouleversante et simple ….

Né en 1900, à Lyon, Saint-Exupery vit ses deux échecs aux concours d’entrée à l’Ecole Navale et à l’Ecole Centrale comme des drames dont il se remet en décidant de    devenir pilote d’av ion. Il travaille alors pour Didier Daurat-le responsable des premiers long-courriers, il est nommé à Cap-Juby, au Maroc, puis à Buenos Ayres. Devenu ensuite reporter pour    « Paris Soir », il voyage en Russie, en Espagne. Il revient en 1937 à l’aviation, assure la liaison Casablanca-Tombouctou. Il commence la guerre en 1939, mais il est démobilisé en 1940,atteint par    la limite d’âge. Il part alors pour New York, mais en 1943, se fait engager dans les forces aériennes françaises. Il effectue des missions de reconnaissance. Le 31 juillet 1944 à 8h45 il s’envole    de la base de Bastia-Borgo pour un survol des Alpes.. A 15h on l’attend. Il ne reviendra pas. L’épave de son Ligthning P38 a été découverte au large de Marseille à la fin de l’année 2003.

LE PETIT PRINCE

SAINT EXUPERY EN PENSEES

- Adieu, dit le Renard. Voici mon secret. Il est très simple : on ne voit bien qu’avec le coeur. L’essentiel est invisible pour les yeux ……(Le Petit    Prince)

-Ce qui embellit le désert, c’est qu’il cache un puits, quelque part- (Le Petit Prince)

- Il est bien plus difficile de se juger soi même que de juger autrui .(Le Petit Prince)

-On ne connaît que les choses qu’on apprivoise .. Tu es responsable de ce que tu as apprivoisé…(Le Petit Prince)

-Le langage est source de malentendu – (Le Petit Prince)

-C’est tellement mystérieux, le pays des larmes (Le Petit Prince)

-L’intelligence ne vaut qu’au service de l’amour – ( Pilote de guerre)

-Aimer, ce n’est pas se regarder l’un l’autre, c’est regarder ensemble dans la même direction- ( terre des hommes) …

FILLETTE

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721