• Accueil
  • > Archives pour janvier 2014

CONNAISSANCE DE SOI

Posté par sylvie le 23 janvier 2014

Apprendre à mieux vous connaître, c’est apprendre à considérer toutes les facettes de votre personnalité dans le but de choisir les meilleures      options possibles.

La connaissance de soi c’est aussi aller vers une meilleure compréhension de soi. Elle peut vous aider à comprendre davantage ce qui vous motive,      pourquoi vous agissez de telle ou telle manière. La connaissance de soi vous permet de donner une direction plus précise à votre vie, vous connaître , c’est savoir ce que sont :

 

LES CROYANCES : ce sont les idées auxquelles vous croyez, vos convictions. Elles sont à la base de vos comportements, elles sont apprises.

 

LES VALEURS : c’est ce qui est important dans votre vie. Elles donnent un sens à ce qui est fait . Elles proviennent de vos croyances les plus      fondamentales et elles sont aussi apprises.

 

LES BESOINS : ce sont des exigences. Les besoins peuvent être nécessaires,utiles ou superficiels. Ils s’expriment la plupart du temps lorsqu’un      manque est resenti. Ils peuvent être appris, innés, constants ou momentanés.

 

LES RESSOURCES! ce sont les forces personnelles de l’esprit, du caractère qui vous permettent d’agir en utilisant tout votre potentiel ( ex bon      jugement, force physique etc)

 

LES LIMITES : ce sont les frontières à intérieur desquelles vous êtes capable de fonctionner, frontières que les possibilités physiques ou      intellectuelles ne peuvent dépasser.

 

HABILETE : ce sont vos attitudes, vos capacités à faire quelque chose, être habile de vos mains s, calcul etc)

 

SENTIMENTS : ce sont des états affectifs assez stables et durables.

 

la reunion

COMPORTEMENT : ce sont des manières d’être et de se conduire qui sont visibles ( ce que vous faites, parler , compter, reparer, diriger      etc..)

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

VOYAGE A …….MARRAKECH

Posté par sylvie le 21 janvier 2014

Il est des noms de villes qui font rêver …. Marrakech est de ceux là … Ses trois syllabes sont patronymes d’évasion, de dépaysement et de soleil. Depuis des décennies, sa réputation n’a pas démérité même si au fil des ans, le développement économique a quelque peu nui à son authenticité.

Marrakech la Rouge, la perle du Sud, l’Africaine, l’exotique, et même pour certains la Venise du désert, tous les clichés sont bons pour désigner cette ville impériale, l’une des quatre du royaume. Avec ses murailles cuites et recuites sous le feu du soleil, Marrakech apparaît plutôt d’un ocre rose virant parfois au brun. Couleur de la terre, couleur du désert, couleur du vent de sable et de sécheresse, couleur du temps qui passe, la capitale du sud marocain baigne dans des tonalités chaudes.

 

 

LA PLACE JEMAA EL FNA  » place de la magie »

 

Inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, non pour ses monuments, mais pour sa tradition orale, la place djamaa el fna  forme un conservatoire de la mémoire. C »‘est une place bien vivante, le centre de toute la vie, de toutes les distractions et de tous les ragots de Marrakech, et les spectateurs sont tellement agglutinés autour des conteurs, des charmeurs de serpents et des danseurs qu’il est impossible de deviner ce qui se passe à l’interieur de chaque cercle autrement que par le monologue plaintif ou l’incessant battement des tambours qui en proviennent.

Boutiquiers, pickpockets et mendiants, charlatans et conteurs, diseuses de bonne aventure et tatoueuses de henné, bonimenteurs et bateleurs de tout poil, astrologues, acrobates, cracheurs de feu, dresseurs de singes, mangeurs de verres et jongleurs, chacun a sa place dans cette place, dans ce théâtre de plein air où l’improvisation est de règle. Cela tient à la fois de la kermesse et du cirque.. Les badauds vont d’un groupe à l’autre. Spectacle surréaliste , un vieillard se couvre la face avec des scorpions extraits d’une boite à cigare  sous le regard incrédule de quelques badauds. Mais oui! ils sont bien vivants…. Les cobras, surgissent des couffins dès que le son nasillard de la flûte leur ordonne de se balancer en musique.  Les danseurs gnaouas se dégourdissent les jambes dans le claquement métallique des crotales avant de s’élancer dans les airs.. Au soleil couchant, changement de programme, la place se transforme en vaste restaurant de plein air.

 

LA MEDINA : COEUR DE MARRAKECH

La médina, qui signifie ville en arabe, constitue le cœur de la cité. Déambuler dans la médina, c’est plonger dans le labyrinthe  de venelles, de passages couverts, d’appendices , de cul de sac.. Chaque quartier est comme un village avec son four à pain, son hammam, son école, ses boutiques.  La médina n’a pas de secret pour ses habitants.

..

LE SOUK   » au plaisir des yeux »

Le souk, véritable institution locale, est un marché gigantesque qui tient à la fois du village d’artisans, du marché en plein air et de la grande surface. Près de 40 000 artisans ou boutiquiers travaillent dans ce vaste labyrinthe qui obéit à des structures bien définies. Chaque corporation a son secteur : souk des teinturiers, souk des musiciens, souk des forgerons, souk aux cuivres, souk des babouches …déambuler dans les souks c’est effectuer un voyage dans le temps au pays des odeurs et des sons, épices, et herbes jouent un rôle important dans la cuisine marocaine.

       

 

PROMENADE A MARRAKECH  dans VOYAGES marrakech-9016  

LES RYADS   » PARADIS MINIATURE » »

Les ryads, véritables maisons jardins, ont été conçus selon un plan invariable : au rez de chaussée, le patio avec sa fontaine et ses quatre parterres. Tout autour des salons en longueur, meublés de divans. A l’étage, les chambres donnent sur une galerie surplombant le patio. Leur taille varie suivant la superficie du ryad, la terrasse domaine des femmes sert au séchage des plantes et à l’étendage du linge. Dans les maisons d’hôtes, ces espaces  sont devenus de véritables salons de plein air avec une tente berbère pour se protèger du soleil. Le dar, autre maison traditionnelle obeit au même plan que le Ryad, mais son patio n’est pas planté. Ces habitations , véritables espaces clos avec une fenêtre sur le ciell sont parfaitement adaptés  au climat de Marrakech. En été, on apprécie la fraîcheur dans le patio, alors qu’en hiver on monte sur la terrasse profiter des rayons du soleil.

 L’histoire de la Koutoubia est comme un grand livre de souvenirs ou chaque date est inscrite dans ses pierres. Son nom de  » mosquée des libraires » viendrait des échoppes de scribes et des marchands de livres qui tenaient commerce autour. La Koutoubia dresse son minaret comme un phare au cœur de la ville.

koutoubia 3

Je ne terminerais pas cette visite sans parler du grand bassin de la Ménara… Il apparaît comme un vaste miroir dans lequel se reflètent les sommets de Atlas.

le grand bassin de la menara  apparaît comme un vaste miroir dans lequel se reflèent   les sommets de l’atlas! Ce pavillon de plaisoance abritait les rendez vous galants des sultans.

La Menara de Marrakech Galerie photo

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LA MER

Posté par sylvie le 18 janvier 2014

 1233969_554748437895400_1644508250_nLa mer

 

Loin des grands rochers noirs que baise la marée

, La mer calme, la mer au murmure endormeur,

Au large, tout là-bas, lente s’est retirée,

Et son sanglot d’amour dans l’air du soir se meurt.

La mer fauve, la mer vierge, la mer sauvage,

Au profond de son lit de nacre inviolé

Redescend, pour dormir, loin, bien loin du rivage,

Sous le seul regard pur du doux ciel étoilé.

La mer aime le ciel : c’est pour mieux lui redire,

£À l’écart, en secret, son immense tourment,

Que la fauve amoureuse, au large se retire

, Dans son lit de corail, d’ambre et de diamant.

Et la brise n’apporte à la terre jalouse,

Qu’un souffle chuchoteur, vague, délicieux :

L’âme des océans frémit comme une épouse

Sous le chaste baiser des impassibles cieux.

 

Nérée Beauchemin

 

 

Publié dans POESIES | Pas de Commentaire »

VOYAGE A …..MEXICO

Posté par sylvie le 18 janvier 2014

MEXICO VILLE AUX DEUX CULTURES

 

Les Mexicains se plaignent de leur capitale à cause de la pollution atmosphérique, des embarras de la circulation, du manque d’emploi, du manque d’eau, du manque de logement, de la corruption et des chicanes de la bureaucration. Ils jurent  qu’ils la quitteraient  immédiatement s’ils le pouvaient mais s’indignent si un étranger  se permet  d’abonder dans leur sens.

 

La ville de Mexico  est celle qui a la plus longue histoire de tout l’hémisphère occidental. Elle est née de la fusion de deux cultures: Appelée Tenochtlitan à l’origine , elle a été fondée par Mexica( Atzeques). Deux siècles plus tard, Tenochtitan était détruite par  H.Cortes et son armée de conquistadores. Sur ses ruines, les Espagnols édifièrent Mexico. Par ailleurs, les deux cultures si disparates – la mexicaine et l’espagnole- se sont fondues au point que les mestiizos (metis) constituent  aujourd’hui l’élément dominant de la population.

 

Partout dans la ville , des musées , des immeubles et des monuments évoquent les différentes périodes d’un passé brillant et varié.L’héritage azteque est présenté dans le cadre futuriste du musée d’antropologie, le plus beau musée du monde. Les demeures de l’époque  coloniale, les églises anciennes, les places publiques  offrent au regard les façades baroques, les tuiles vernissées et les ornements de fer forgé propres à l’architecture espagnole. Il y a aussi les cafés de plein air, les restaurants chics et les boutiques de luxe, le ballet, l’opéra, les théâtres, les concerts et les galeries d’art, bref tout ce qu’on peut attendre d’une ville florissante qui est la capitale politique, industrielle, culturelle et intellectuelle d’un pays en voie de développement accéléré . Ajoutons à cela un climat superbe, un peuple exubérant aimant la fête, le   charme prenant de sa musique traditionnelle et la remarquable beauté des habitants, et l’on comprendra aisément que l’on puisse tomber amoureux de Mexico.

 

 Les raisons de détester Mexico peuvent s’énoncer tout aussi facilement : elles tiennent pour la plupart à son étendue  même. Au cours des dernières décennies, la ville est devenue  surpeuplée et impossible à administrer.

 

Bien que Mexico  ait tout d’un cauchemar  pour l’écologie, l’étranger peut fort bien s’y adapter surtout s’il y arrive par avion, de nuit. La première vision que l’on a de la cité quand on survole les montagnes qui l’entourent et que l’on s’apprête à atterir à plus de 2000 metres d’altitude, a vraiment de quoi vous couper le souffle. L’extraordinaire prolifération urbaine à travers la vallée de Mmexico rend encore plus spectaculaire  l’approche nocturne : on découvre tout d’un coup un kaleidoscope de lumières brillant d’un vif éclat, des lumières blanches mais aussi des vertes, des jaunes, des rouges et des bleues.

 

Le voyageur qui descend dans la rue est aussitôt happé par le bruit et l’animation d’une ville bien vivante.

 

Le climat est l’un des meilleurs atouts de la ville. Mexico est à la même latitude que Bombay ou  Tambouctou, mais son climat n’est ni torride ni oppressant.  Grâce à l’altitude, il y fait un temps qui est rarement trop chaud, trop froid ou trop humide. Les saisons de la vallée de Mexico sont au nombre de deux ; la saison chaude ( d’octobre à avril), et la saison des pluies ( mai à septembre), avant cette dernière, il arrive qu’un orage soudain devient des trombes d’eau provoquant une chute brutale de la température, mais tout aussi soudainement les nuages se dissipent et les couleurs de la ville reprennent tout leur éclat au soleil. Il n’y a quasiment pas d’hiver

 

.On trouve à Mexico plusieurs sortes de musiciens des rues : des guitaristes qui vont par trois, des groupes dits  » Vera Cruz » où la harpe s’ajoute aux guitares, mais les plus nombreux sont les marachis dans leur traditionnel costume noir dérivé des costumes du XVIIIe siècle

 

.Sur la place Garibaldi, le coté sordide : la prostitution, l’ivognerie et la saleté, qui, passé minuit, envahissent les ruelles avoisinantes.

 

La plupart des grandes villes ont de prime abord quelque chose de déconcertant, mais bien peu sont aussi surprenantes que Mexico. A coté des grands magasins, des supermarchés et des comptoirs de hamburgers donnent une allure américaine. Dans les quartiers populaires comme dans les rues secondaires proches du centre, bistrots et épiceries pourvoient aux besoins d’une clientèle  locale. Les petits commerces offrent une grande variété de services et de produits mais sur les marchés chaque vendeur n’ a le plus souvent  qu’un seul produit à vendre.

 

Le plus déconcertant à Mexico, ce sont ses habitants. Un moment fébriles et cherchant à imposer, on les voit détendus et charmeurs le moment d’après, c’est là un rébus pour qui les observe. Ils semblent s’accommoder des contradictions et ne pas éprouver le besoin de les résoudre. 

 

A Mexico, la nuit tombe vite., vers 18h en hiver et à peine une heure plus tard en été. 

 

L’Espagne a joué un grand rôle dans l’histoire du Mexique. Elle lui a donné sa langue, sa religion, sa tradition culturelle et intellectuelle

 

.Quand on commence à connaître Mexico on s’aperçoit qu’on n’a pas à faire à une ville, mais bien à deux, ou plutôt que la ville a deux économies : l’une rattachée au monde cosmopolite de l’industrie du commerce, de l’administration et de la finance, l’autre d’artisans et de paysans qui affluent vers la capitale à la recherche d’un gagne pain; chacun de ces deux mondes ignore l’autre à peu près complètement.

 

amsterdam MEXIQUE

 

 

mexico-city-cathedral

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

VOYAGE A……….VENISE

Posté par sylvie le 14 janvier 2014

Venise Cité des Doges

Venise est une ville de la plaine du Pô au nord-est de  l’Italie et la capitale de la Vénétie. La ville est célèbre pour ses canaux, sa  place Saint-Marc, son palais des Doges ainsi que son carnaval. .Pourquoi visiter Venise ? Parce que c’est à la fois une ville irréelle, et réelle; enveloppée dans un léger brouillard

venise

 

Se promener à Venise permet de comprendre à quel point cette  ville est multiple dans sa beauté. La ville est parcourue par 177 canaux (dont  le plus important est le Grand Canal), avec ses   455 ponts(le plus souvent arqués pour laisser passer les bateaux) et  s’étend sur 118 îles situées entre l’embouchure de l’Adige (au sud) et du Piave  (au nord). La ville est constituée de multiples îles reliées entre elles par plus de 455 ponts créant un labyrinthe où seuls les Vénitiens ne se perdent pas .

 

Ce qu’il y a de bien, à Venise, c’est qu’on peut s’y promener  en toute tranquillité car il n’y a pas de voitures mais des rues étroites, des  petits canaux, des jeux d’ombre et de lumière, des maisons magnifiques et une  ville qui semble toute entière consacrée au plaisir de vivre et de flâner.         Vous remarquerez  toutes ces petites terrasses, construites sur  les toits de tuiles. Quelques piliers, une rambarde, une plante grimpante, et  voilà une retraite tranquille où l’on pourra rêver en regardant le soleil se  couche

.

Avec son architecture incroyable et ses petits passages  secrets, Venise est une cachette idéale pour les amoureux.

 

Lieux à ne pas manquer à Venise:

LE PALAIS DES DOGES : Le palais des Doges, palais Vénitien, d’architecture gothique, fut la résidence des doges qui étaient les dirigeants à l’époque de la République. Tout comme pour les papes, il n’y avait qu’un doge à la fois. C’est l’un des plus beaux palais d’Europe.

image palais des doges

 

.LA PLACE SAINT MARC : est  l’un des lieux incontournables de Venise. Les italiens l’appellent simplement  « la place » comme si elle était la seule. c’est la principale de Venise, un lieu de rencontre  central pour les habitants, mais surtout de touristes. La place est entourée de terrasses et de restaurants …

LA BASILIQUE SAINT MARC : La Basilique est la troisième des trois églises sur la place Saint Marc.  Elle est très fleurie et possède une façade avec un lion d’or muni d’ailes. Le lioplace saint marcn représente Saint Marc, le symbole de Venise. La basilique compte de nombreuses mosaïques, statues, des dômes,….

 

LE PONT DES SOUPIRS : Le pont des Soupirs, célèbre pont de Venise, il est aussi incontournable que la place Saint Marc qui se situe à coté. Il fut construit pour relier le Palais des Doges à la nouvelle prison.Le nom Pont des Soupirs suggere le soupir exprimé par les prisonniers conduits devant les juges, lors de leur dernier regard porté sur Venise. C’était donc la deOLYMPUS DIGITAL CAMERArnière image de la liberté pour ceux qui allaient finir leurs jours en prison.

.

Le Pont du Rialto, ce célèbre pont relie le quartier de San  Polo et San Marco et remplace ainsi la passerelle en bois qui fut détruite par  un incendie à la fin du XVIe siècle. Célèbre aussi pour son marché, il est l’un  des ponts les plus dynamiques de l’île.

venise2

 

MURANO : est la patrie du verre, des plaisirs et des jardins, elle est située au nord de Venise, à dix minutes en vaporetto.  Elle est célèbre pour son verre soufflé à la main.

L’ILE DE BURANO : elle est située elle aussi au nord de Venise. Elle est connue pour ses dentelles et ses maisons vivement colorées.

UNE BALADE EN GONDOLE   A venise, les Vaporetto sont les Bus des canaux et les gondoles, les calèches de Venise.

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

QUELQUES PHILOSOPHES : SPINOZA -PASCAL -SCHOPENHAUER- MONTAIGNE

Posté par sylvie le 10 janvier 2014

SPINOZA – 1632-1677- 

 

Philosophe hollandais du XVIIe siècle , Spinoza est l’auteur d’une critique des illusions métaphysiques,morales religieuses qui lui a valu de vives polémiques avec ses contemporains

. Ce penseur  qui fait de Dieu le pivot de sa pensée a été accusé d’athéisme, excommunié et chassé d’Amsterdam en 1656.  Il trouvera néanmoins  une vrai reconnaissance posthume grâce à Hegel notamment, qui considère avec d’autre que tout philosophe a deux philosophies:la sienne et celle de Spinoza. 

 

SES CITATIONS::  L’être d’un être est de perséverer dans son être.

                                    Les hommes sont conduits plutôt par le désir aveugle que par la raison

 

 

PASCAL 1623-1662  -  Mathématicien, physicien et philosophe, auteur de travaux sur le calcul combinatoire et créateur d’une machine d’arithmétique, Blaise Pascal est l’auteur d’une œuvre qui est aussi en grande partie consacrée à la foi. Une expérience mystique change en effet radicalement le cours de son existence, le convaincant du tragique de la condition humaine et des limites de la raison, que seule la foi peut sauver.

 

SES CITATIONS: Ce que peut la vertu d’un homme ne se doit pas mesurer par ses efforts mais par son ordinaire.

 

  C est donc un malheur que de douter, mais c’est un devoir indispensable de chercher dans ce doute. 

 

MONTAIGNE – 1533-1592.

 

Heritier de la tradition humaniste de la Renaissance, Montaigne a instauré un nouveau rapport au savoir et à l’homme. Dans son œuvre unique et monumentale, ses Essais,, il oppose un scepticisme mesuré à la raison toute puissante  et développe une réflexion sur la connaissance de soi qui annonce l’émergence du sujet moderne.

 

  SES CITATIONS :  Le monde n’est que variété et dissemblance.

                                     La plus constante marque de sagesse, c’est une constante réjouissance.

 

SCHOPENHAUER  – 1788- 1860

 

Tardivement reconnu de son vivant, Arthur Schopenhauer est célèbre pour sa philosophie tragique et pessimiste: l’homme étant condamné à souffrir du fait de sa condition, il ne peut connaître de bonheur qu’illusoire et éphémère. Sa pensée a influencé de nombreux philosophes ( Nietzsche, Freud, Heidegger et Wittgenstein) mais aussi un grand nombre d’écrivains ( Proust, Kafka, Tolstoï)

 

SES CITATIONS :

- C’est précisément dans les petites choses, où il ne songe pas à soigner sa contenance, que l’homme dévoile son caractère.

-  Ni aimer, ni haïr: voilà la moitié de toute sagesse. Ne rien dire et ne rien croire voilà l’autre.

 

 

79f2c653

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

MON HUMEUR DU SOIR

Posté par sylvie le 10 janvier 2014

education

Publié dans CITATIONS | Pas de Commentaire »

VOYAGE EN ……IRLANDE

Posté par sylvie le 9 janvier 2014

Image de prévisualisation YouTube

 

Dublin , capitale de l’Irlande, affiche désormais fièrement son indépendance  vis à vis de son voisin britannique. Les pubs de Dublin    et dans d’autres villes d’Irlande sont à l’image du pays, accueillants et joyeux. L’Irlande ne renie pas son passé qui l’a façonné et lui a donné son caractère que l’on aime tant, mais elle surfe    sur un modernisme qui,il faut le dire, lui va bien.

IREL

 

Largement dominée par les prairies et pâturages, l’île offre une grande variété de paysages. La cote est aux  plages sablonneuses    contraste avec la cote ouest au relief découpé te sol irlandaisel les falaises de Moher. Bien sur, celle que l’on nomme la    verte Erin abrite des villes agréables et animées comme sa capitale Dublin, Cork ou encore Galway.

 

Petit pays aux habitants d’une grande hospitalité, c’est dans ses pubs que vous apprécierez le tempérament jovial des Irlandais.On découvre    également sur cette île habitées de nombreux vestiges du passé: châteaux, églises, monastères. L’Irlande qui affiche une croissance économique impressionnante depuis quelques années est à coup    sur, tourné vers l’avenir. Sa population jeune et ses industries technologiques       s’annoncent comme des serieux atouts pour les années à venir.

 

L’Irlande est une terre d’étonnement, parce qu’un embouteillage           en rase campagne    pour cause de moutons capricieux, un    nourrisson au pub agrippé à sa guiness , ou un curé qui , entre deux pintes, vous raconte St Patrick, ça n’arrive    qu’ici….

Quand on décide de partir en Irlande, on sait d’avance qu’on ne devrait pas compter sur de longues siestes à 40° à l’ombre mais plutôt sur    une atmosphère vivifiante. L’Irlande présente un climat typiquement océanographique, tempéré  et humide. De la grosse pluie à la petite bruine, il pleut souvent en Irlande. Il faut toujours    avoir un parapluie à portée de main,il ne faut pas se laisser tromper par un début de matinée ensoleillé, le temps change très vite et une grosse pluie peut s’abattre en quelques heures. Coté    temperature, l’île se rattrape, il fait doux en été (20°  et les mois d’hiver ne sont généralement pas froids ( rarement au dessous de 0)

A Belfast, certains hésitent à s’y rendre. Souffrant de son passé marqué par la violence, la capitale de l’Irlande du Nord est un mélange    atypique des cultures anglaises et irlandaises et mérité rien qu’à ce titre une petite visite.

La cusine irlandaise est à base de viande et de pomme de terre! l’irish stew est une sorte de pot au feu qui melange mouton, carottes ,pomme    de terre    et oignons! c’est le plat irlandais le plus typique. A Dublin, la spécialité s’appelle ” le Coddle” c’est un ragoût au lard et saucisses avec des pommes de terre et des    oignons., on y trouve bien sur du saumon, et comme dessert, crumble aux pommes! coté boisson on trouve les bieres brunes, suivies du whisky, les vins sont importés et relativement chers.    Les Irlandais sont des grand consommateurs de thé , le ub est le meilleur restaurant dans les petites villes et village.

La réputation de l’accueil irlandais n’est pas u n mythe, il n’est pas rare de se voir gratifier d’un sourire ou d’un bonjour par    un passant. Ce sens de l’accueil se retrouve particulièrement dans les pubs; paradoxalement,les contacts physiques sont très rares, en effet, on ne se sert la main que lors de la    première rencontre  et la bise est encore plus exceptionnelle.   

 

IRLANDE W

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LA NATURE,OBJET DE CONTEMPLATION

Posté par sylvie le 4 janvier 2014

Comme si c’était la première fois,

Percevoir les fleurs,

Sans chercher à les nommer,

Sans vouloir les qualifier,

Sans penser à ce que l’on voit.

Sans les charger de nos problèmes

De nos observations ou de nos jugements.

Devenir une présence consciente qui

Perçoit la beauté autour de soi.

Juste ressentir l’essence et la présence des fleurs

S’émerveiller que tout soit

Vie,

Fraîcheur,

Vibration

Excitation.

BOB BO PAYSAGE

Publié dans DIVERS | 1 Commentaire »

REFLEXIONS SUR LA VIE

Posté par sylvie le 3 janvier 2014

Voici un texte du grand philosophe Krishnamurti  qui appelle à la réflexion, au sens de la vie .

« Je me demande  si nous nous sommes jamais posé la question du sens de l’éducation. Pourquoi va -on à l’école, pourquoi étudie-t-on diverses matières, pourquoi passe t-on des examens, pourquoi cette compétition pour l’obtention de meilleures notes? Que signifie cette prétendue éducation, quels en sont les enjeux? C est une question capitale, non seulement pour les élèves, mais aussi pour les parents, les professeurs, et pour tous ceux qui aiment cette terre où nous vivons. Pourquoi nous soumettons nous à cette épreuve qu’est l’éducation? Est ce simplement pour obtenir des diplômes et un emploi ? La fonction de l’éducation n’est elle pas plutôt de nous préparer, tant que nous sommes jeunes, à comprendre le processus global de l’existence ? Avoir un emploi et gagner sa vie sont une nécessité, mais n’y a t-il rien de plus ? Est ce là l’unique but de notre éducation ?

Assurément, la vie ne se résume pas à un travail, à un métier , la vie est une chose extraordinaire, un grand mystère, ample et profond, un vaste royaume au sein duquel nous fonctionnons en tant qu’êtres humains. Si nous ne faisons que nous préparer à assurer notre subsistance, nous passerons totalement à côté de ce qu’est le sens de la vie, or comprendre la vie est beaucoup plus important que de passer des examens et d’exceller en mathématiques, etc …

Quel est le sens de la vie ? N’est-elle pas extraordinaire ?  Les oiseaux, les fleurs, les arbres resplendissants, le firmament, les étoiles, les rivières et les poissons qui peuplent leurs eaux, c’est tout cela la vie…  La vie, ce sont les riches et les pauvres , c’est la lutte incessante entre groupes, entre races, entre nations. La vie, c’est la méditation, c’est ce qu’on appelle la religion mais c’est aussi l’esprit et ses subtils secrets – les jalousies, les ambitions, les passions, les peurs, les accomplissements et les angoisses. La vie, c’est tout cela et bien plus encore. Mais en général, nous nous préparons à n’en apprehender qu’un petit recoin. On décroche certains diplômes, on trouve un emploi, on se marie, on a des enfants et l’on devient peu ou prou une espèce de machine, on reste craintif et anxieux, on a peur de la vie. L’unique fonction de l’éducation est elle donc de nous préparer à répondre à une vocation, à obtenir la meilleure situation possible, ou bien de nous aider à comprendre la vie ?  Telles sont les questions qui donnent à réflechir … J’y reviendrai lors d’un prochain article.

 

pensee de jacques brel

 

.

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721