DECODEUR PSY

Posté par sylvie le 30 octobre 2018

On aimerait comprendre le fonctionnement de l’être humain, changer et aller mieux, mais on n’a pas forcement le temps de lire d’imposants ouvrages de psychologie, voici donc, en quelques articles un résumé de la connaissance de soi et de son vécu…Dire l’essentiel en peu de mots : A comme Amour,B comme bonheur, C comme communication …

 

K comme Kleenex   ( sechez cette larme que je ne saurais voir )

Pleure t-on forcément chez le psychologue ? Doit-on s’armer d’une boite de kleennex lorsque on entre dans son cabinet ? Non, bien sur, car il en dispose plus d’une boite …

Plus sérieusement, les larmes ne sont pas nécessairement au rendez vous lorsqu’on entreprend un travail sur soi. Cette croyance erronée provient de la confusion qui règne encore entre le travail d’une psychologue et celui d’un psychanalyste.

 

Le psychologue aide son patient à  :

 

- mettre des mots sur son vécu et ses sentiments problématiques.

- résoudre une difficulté particulière( par exemple problème de communication avec son conjoint).

- comprendre et modifier certains comportements ( alcoolisme-violence, etc …)

-apprendre de nouvelles attitudes ( affirmation de soi, gestion de la colère, etc ….)

Il n’est absolument pas nécessaire de remonter le temps et de raconter son enfance, contrairement aux idées reçues.

 

QUI SONT LES PSYCHOLOGUES ?

Un psychologue ne peut se prétendre tel et exercer en cabinet  que s’il a achevé une formation universitaire complète couronnée d’une maîtrise ( ou  diplôme équivalent). Sa formation ne l’autorise pas à entreprendre des psychothérapies. Pour cela, il doit encore effectuer une formation post grade poussée notamment au contact des patients psychiatriques ainsi que de nombreuses heures de supervision et de travail sur soi ..

 

Chez le psychanalyste au contraire, on va faire un long et patient travail d’exhumation de conflits et de traumatismes refoulés dans l’inconscient. Les souvenirs, les rêves, les lapsus, toutes les pensées même les plus anodines servent de matériel pour trouver un accès à la partie sombre du psychisme. Au cours de l’élaboration, des motivations secrètes et des affects refoulés ont toutes les chance de refaire surface dans la conscience, entraînant pleurs et colères.

 

LE ROLE DES LARMES :

Au delà de ces différences de nature professionnelle, on peut s’interroger sur la place des larmes et de la tristesse dans la société actuelle. Pourquoi serait-il honteux ou inconvenant de se laisser aller à verser quelques larmes, à montrer sa détresse ?

 

- Est ce le résidu d’une éducation rigide et castatrice qui relègue l’expression des émotions dans le royaume de l’interdit?( un vrai homme ne pleure pas, par exemplel)

-Est ce la gêne de montrer sa faiblesse et sa vulnérabilité aux yeux des autres ?

- Est ce le résultat d’un conditionnement véhiculé  par les modèles présentés sur les écrans de cinéma et de télévision?

 

Mais à force de contenir sa tristesse, de l’intérioriser ,on finit par l’imprimer dans son organisme et par mettre en péril son équilibre. Des troubles de nature psychosomatique peuvent apparaître, tel des ulcères, des eczémas, des poussées d’herpes, de même que des troubles psychiques ( dépression, angoisse) ..Il a même été démontré que les défenses du corps, son immunité, accusent une diminution marquée à ces occasions, rendant les maladies  de toutes sortes plus probables.

Il est donc recommandé d’extérioriser sa tristesse et de laisser couler ses larmes.

 

LARMES

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

LES CHEVEUX

Posté par sylvie le 22 octobre 2018

Simone, il y a un grand mystère
Dans la forêt de tes cheveux.

Tu sens le foin, tu sens la pierre
Où des bêtes se sont posées ;
Tu sens le cuir, tu sens le blé,
Quand il vient d’être vanné ;
Tu sens le bois, tu sens le pain
Qu’on apporte le matin ;
Tu sens les fleurs qui ont poussé
Le long d’un mur abandonné ;
Tu sens la ronce, tu sens le lierre
Qui a été lavé par la pluie ;
Tu sens le jonc et la fougère
Qu’on fauche à la tombée de la nuit ;
Tu sens la ronce, tu sens la mousse,
Tu sens l’herbe mourante et rousse
Qui s’égrène à l’ombre des haies ;
Tu sens l’ortie et le genêt,
Tu sens le trèfle, tu sens le lait ;
Tu sens le fenouil et l’anis ;
Tu sens les noix, tu sens les fruits
Qui sont bien mûrs et que l’on cueille ;
Tu sens le saule et le tilleul
Quand ils ont des fleurs plein les feuilles ;
Tu sens le miel, tu sens la vie
Qui se promène dans les prairies ;
Tu sens la terre et la rivière ;
Tu sens l’amour, tu sens le feu.

Simone, il y a un grand mystère
Dans la forêt de tes cheveux.

les cheveux

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

DECODEUR PSY

Posté par sylvie le 13 octobre 2018

On aimerait comprendre le fonctionnement de l’être humain, changer et aller mieux, mais on n’a pas forcement le temps de lire d’imposants ouvrages de psychologie, voici donc, en quelques articles un résumé de la connaissance de soi et de son vécu…Dire l’essentiel en peu de mots : A comme Amour,B comme bonheur, C comme communication …

 

K comme Kleenex   ( sechez cette larme que je ne saurais voir )

Pleure t-on forcément chez le psychologue ? Doit-on s’armer d’une boite de kleennex lorsque on entre dans son cabinet ? Non, bien sur, car il en dispose plus d’une boite …

Plus sérieusement, les larmes ne sont pas nécessairement au rendez vous lorsqu’on entreprend un travail sur soi. Cette croyance erronée provient de la confusion qui règne encore entre le travail d’une psychologue et celui d’un psychanalyste.

 

Le psychologue aide son patient à  :

 

- mettre des mots sur son vécu et ses sentiments problématiques.

- résoudre une difficulté particulière( par exemple problème de communication avec son conjoint).

- comprendre et modifier certains comportements ( alcoolisme-violence, etc …)

-apprendre de nouvelles attitudes ( affirmation de soi, gestion de la colère, etc ….)

Il n’est absolument pas nécessaire de remonter le temps et de raconter son enfance, contrairement aux idées reçues.

 

QUI SONT LES PSYCHOLOGUES ?

Un psychologue ne peut se prétendre tel et exercer en cabinet  que s’il a achevé une formation universitaire complète couronnée d’une maîtrise ( ou  diplôme équivalent). Sa formation ne l’autorise pas à entreprendre des psychothérapies. Pour cela, il doit encore effectuer une formation post grade poussée notamment au contact des patients psychiatriques ainsi que de nombreuses heures de supervision et de travail sur soi ..

 

Chez le psychanalyste au contraire, on va faire un long et patient travail d’exhumation de conflits et de traumatismes refoulés dans l’inconscient. Les souvenirs, les rêves, les lapsus, toutes les pensées même les plus anodines servent de matériel pour trouver un accès à la partie sombre du psychisme. Au cours de l’élaboration, des motivations secrètes et des affects refoulés ont toutes les chance de refaire surface dans la conscience, entraînant pleurs et colères.

 

LE ROLE DES LARMES :

Au delà de ces différences de nature professionnelle, on peut s’interroger sur la place des larmes et de la tristesse dans la société actuelle. Pourquoi serait-il honteux ou inconvenant de se laisser aller à verser quelques larmes, à montrer sa détresse ?

 

- Est ce le résidu d’une éducation rigide et castatrice qui relègue l’expression des émotions dans le royaume de l’interdit?( un vrai homme ne pleure pas, par exemplel)

-Est ce la gêne de montrer sa faiblesse et sa vulnérabilité aux yeux des autres ?

- Est ce le résultat d’un conditionnement véhiculé  par les modèles présentés sur les écrans de cinéma et de télévision?

 

Mais à force de contenir sa tristesse, de l’intérioriser ,on finit par l’imprimer dans son organisme et par mettre en péril son équilibre. Des troubles de nature psychosomatique peuvent apparaître, tel des ulcères, des eczémas, des poussées d’herpes, de même que des troubles psychiques ( dépression, angoisse) ..Il a même été démontré que les défenses du corps, son immunité, accusent une diminution marquée à ces occasions, rendant les maladies  de toutes sortes plus probables.

Il est donc recommandé d’extérioriser sa tristesse et de laisser couler ses larmes.

LARMES

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

PETITE PENSEE POUR VIVRE PLUS LEGER

Posté par sylvie le 5 septembre 2018

Une  petite pensée philosophique après ces vacances ……

 

ENTRER EN SILENCE

Seule la pratique du silence- ne serait-ce que quelques minutes par jour- permet la rencontre avec soi-même. Le silence est présent partout: au travail, chez soi, dans la rue, dans le métro, dans son jardin ….à condition de le solliciter pour qu’il se manifeste. 

A vrai dire, c’est un exercice comme les autres.

Il nous suffit de déplacer l’attention vers le corps grâce à une respiration  consciente ou vers un ressenti sensoriel, par exemple le toucher d’une main, le battement du cœur … Le retour à la conscience du corps chasse les pensées parasites: on les voit alors défiler comme si l’en était le témoin. Petit à petit, on commence à ressentir la paix qui vient de l’intérieur.

C’est de ce calme intérieur que naît le vrai silence, celui qui apaise et donne de la densité à ce que l’on vit.

 » Le bruit doit écouter le silence »

 

REVEUSE

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

BLOG EN PAUSE

Posté par sylvie le 9 juillet 2018

 

Merci à tous mes visiteurs qui m’ont suivi tout au cours de cette année et à qui je souhaite d’excellentes vacances …

A mon tour de prendre une pause , le temps d’un été, et peut être avant …

Bonnes vacances à tous .

 

cascade superbe

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

PROVERBES DE QUELQUES PAYS

Posté par sylvie le 23 juin 2018

PROVERBES AFRICAINS :

Là ou on s’aime, il ne fait jamais nuit.
L’erreur n’annule pas la valeur de l’effort accompli.

PROVERBES ESPAGNOLS

Mieux vaut un oiseau dans la main que 100 en vol
je pleurai quand je vins au monde et chaque jour me montre pourquoi.

PROVERBES    ITALIENS :

Qui vit d’espoir meurt de désir
qui te craint en ta présence te nuit en ton absence.

PROVERBES ALLEMANDS

Celui qui ne sait pas hurler ne trouvera pas sa meute
La jeunesse croit beaucoup de choses qui sont fausses,la vieillesse doute de beaucoup de choses qui sont vraies.

PROVERBES TURCS

Bois et mange avec ton ami, mais n’aie pas d’affaires avec lui
Qui cherche un ami sans défaut, reste sans ami

PROVERBES ANGLAIS

Beaucoup remercier, signifie secretement demander davantage
De votre ami, dites du bien, de votre ennemi ne dites rien.

PROVERBES CHINOIS

Le monde est un mer, notre coeur en est le rivage.
le riche pense à l’année qui vient, le pauvre pense au jour présent

PROVERBES          ARABES

Il y’a cinq degrès  pour arriver à être sage : se taire – écouter -  se rappeler – agir – et étudier.
Rires fréquents et bruyants,signe de sottise.

PROVERBES FRANCAIS

craignez  la colère de la colombe
A la meilleure femme, le meilleur vin./

PROVERBES JUIFS

Quand tu auras des milliers d’amis, ne dis ton secret qu’à  un seul
Parle peu et fais beaucoup..

citationrealise

Publié dans CITATIONS | 1 Commentaire »

LE SILENCE

Posté par sylvie le 6 juin 2018

 

Apprenons à nous reposer dans le silence,

Nous arrêter n’est pas une perte de temps.

Le calme est nécessaire,

Même si nous sommes pressés,

Même si nous avons beaucoup à faire,

Le silence nous renvoie à nous même,

Il favorise introspection et réflexion

Nécessaire à toute action.

Il nous aide à nous resituer dans l’espace,

A faire le bilan,

Et à tirer les leçons de nos erreurs.

Il nous régénère,

Et nous ressource,

Le silence nous est utile

Malgré son inutilité apparente.

 

LE SILENCE AhRr5QJldpR7EofFT6UNoP-X32g

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

MA PENSEE DU SOIR

Posté par sylvie le 9 mai 2018

Citation de Antoine de Saint-Exupéry    ...

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

LES POETES ROMANTIQUES : LAMARTINE

Posté par sylvie le 19 avril 2018

Les poètes romantiques inventorient avec de troubles délices leurs états d’âme, l’état de leurs pensées, celui de leurs amours, ou les trois à la fois, dans des recueils ou domine le ” je” analysant le ” moi”.. La désespérance et le pessimisme sont souvent au rendez vous qu’on ne leur a pas donné. Les longs épanchements sur  l es beautés de la nature se font la main sur le coeur, l’autre à la plume, assis devant l’immensité.. Statiques les romantiques ?  pas toujours..  Ils désirent s’engager dans leur temps, accompagner la marche des idées, et même leur montrer le chemin.. Ainsi on trouve Hugo et Lamartine sur le front de l’action…

Chateaubriand et Hugo ne sont pas les seuls dans la grande valse romantique… Les poètes Lamartine et son Lac, Vigny et son Loup, Musset et ses Nuits, Nerval et son air, plongent avec délices dans leur ” je” lyrique …

LAMARTINE : si on dit ” Lamartine” on pense tout de suite ” Le lac”.. C’est ce qui demeure de son héritage dans nos mémoires, la plupart scolaire.. Pourtant Lamartine a navigué dans d’autres eaux .. Alphonse de Lamartine est né le 21 octobre 1790,dans une famille de noblesse de robe.. Après les dures années de pension à Lyon, puis la poursuite de ses études au College de Belley, il ne fait rien , il vit tranquillement dans la propriété familiale  de Milly jusqu’à la Seconde Restauration. Il a alors 25 ans ..  Il écrit des poèmes… il voyage : Rome, Naples, il séduit des femmes: Henriette Pommier qu’il veut épouser, les Parents Lamartine refusent .. une Antoinette et une Graziella en Italie, d’autres femmes mariées, d’autres célibataires .. Il compose des tragédies chrétiennes et des élégies..
Se croyant malade en 1816  il part en cure et rencontre une femme mariée, leur idylle dure un mois … Ils se retrouvent à Paris ou elle l’introduit dans les milieux littéraires, pendant qu’ils vivent leur passion près du vieux mari qui fait semblant de ne rien voir .. Il écrit pour elle  une première version du Lac , poème qui l’a rendu célèbre  dans toutes les générations : ” o temps, suspends ton vol …  Il ne la reverra jamais Julie  devenue Elvire dans ses ” Méditation ..  Lamartine continue d’écrire des poèmes ,il vit une aventure torride avec une italienne Lena de Larche .. Il rencontre ensuite Miss Birch qu’il épouse ..en 1820, cette année  est celle de la gloire pour le poète : la publication de ses Méditations poétiques offre aux lecteurs des pages dont le degré de sincérité surprend et séduit .. On a qualifié ces Méditations d’acte de naissance de la poésie romantique
La renommée de LAMARTINE s’étend à l’étranger . Pendant dix ans le poète mène une carrière de diplomate qui le conduit de Naples en Angleterre..  Il continue d’écrire toutes sortes de méditations diverses en prose et en vers.  Lors de son séjour à Paris Lamartine rencontre Hugo, Sainte Beuve. Avec l’appui de Chateaubriand, il est élu  à l’académie française..
En 1830  il réalise un voyage en Orient jusqu’à la terre sainte… Il embarque à Marseille ou la population lui fait un triomphe. Il emmené avec lui sa femme , des amis et Julia sa fille .. Elle meurt a Beyrouth cinq mois plus tard.. Lamartine vit un désespoir profond dont il ne se remettra jamais .. Il écrit sur ce deuil des poèmes bouleversants … Il rentre seul en France..  Il va désormais prendre part à la vie politique sans cesser d’écrire …  Les vingt années qui suivent sont des années de gêne financière, il spécule sur les terres,en poète, il perd beaucoup d’argent, s’obstine, en perd davantage..
Il écrit de nouvelles méditations… Il vend la propriété de Milly .. Sa femme, son soutien moral,son seul appui meurt .. Le gouvernement lui accorde une pension nationale de deux mille cinq cents francs or, ce qui est aujourd’hui une somme considérable , et un chalet à Passy…
Peu de temps après, il est victime d’une attaque d’apoplexie, perd la mémoire et la raison … Une seconde attaque emporte le poète en 1869,

 

automne 2

Publié dans LITTERATURE | Pas de Commentaire »

VIVRE…..C’EST CHOISIR

Posté par sylvie le 29 mars 2018

Vivre, c’est choisir.. Constamment , à chaque pas de notre vie, nous sommes confrontés à des dilemmes. Est ce qu’il faut tourner à gauche ou à droite , partir ou bien rester ?  être ou ne pas être ? Le succès universel de cette dernière phrase n’est pas dû au hasard mais au fait qu’elle pose d’emblée une des questions fondamentales. La vie est un jeu où nous sommes sans cesse obligés de soupeser la carte que nous allons abattre.

 

Quelle que soit la décision, nous ne pouvons que choisir. Refuser de le faire, c’est encore un choix personnel et rarement le bon. Ne jamais laisser quiconque vous persuader qu’il  » n’a pas le choix ». Si sa maison ne lui plaît pas, qu’il s’en accommode, ou bien qu’il déménage.  Si son travail ne lui convient pas, qu’il en change s’il le peut…. on a toujours le choix de faire quelque chose …Si la vie est un jeu c’est un jeu auquel nous ne pouvons pas faire autrement que de participer. Nous n’en sommes pas les spectateurs, mais les acteurs tous autant que nous sommes.. Lao Tseu disait «  Qu’on le veuille ou non, le chemin est à faire ».. Le but du jeu, cela ne peut qu’être d’arriver au bonheur sans tomber dans le puits ni reculer de trois cases…

 

On pourra toujours souligner que nous ne sommes pas à armes égales dans ce parcours..nous n’avons pas tous les mêmes possibilités à la naissance et que la vie est tout de même autrement plus facile, les choix autrement plus nombreux quand on est riche, beau et intelligent que lorsque on est pauvre, laid et imbécile… C’est plutôt une vision un peu simpliste des choses…  D’abord parce que la richesse, la beauté ou l’intelligence n’ont jamais été les garants absolus du bonheur… En dépit des apparences, on n’est pas plus certain d’être heureux en naissant avec une cuillère en argent dans la bouche qu’en se retrouvant orphelin de père et de mère. Dans les deux cas, il va y avoir un apprentissage à faire, inévitable… Si vous êtes doué, vous aurez toutes les facilités,c’est vrai, mais vous aurez aussi tous les pièges de la facilité : vous risquez par exemple de tomber dans la paresse ou la superficialité… Il n’y a donc pas de   » prédestination » au bonheur  : il n’y a que des pièges différents. L’intelligence, la richesse, la beauté, le pouvoir sont des écueils et ils ne sont pas plus commodes à éviter que leur contraire. D’un point de vue strictement objectif, il n’en est pas moins triste de souffrir d’obésité que de maigreur ….

 

Se plaindre de nos différences de potentiel, c’est ensuite vouloir nier une évidence : la vie est variété..Elle est comme une pièce de théâtre où les rôles seraient distribués différemment de manière que tout le monde puisse jouer. On ne fait pas un opéra avec uniquement des jeunes premiers. Il faut un traître, une jouvencelle, une entremetteuse, un père intransigeant ….. Qui plus est, le jeune premier n’a d’existence que parce que les autres acteurs sont là pour lui donner la réplique…

 

En fonction des choix que nous faisons, quels qu’ils soient il va y avoir un prix à payer.Si vous voulez devenir alpiniste,  il vous faut crapahuter dans la montagne. Si vous voulez devenir médecin, il vous faut étudier et pratiquer .. Tout cela demande de la concentration et de l’entraînement. Le bonheur est peut être un droit, mais c’est un droit potentiel, certainement pas un dû. On a le bonheur qu’on mérite, mais rappelons nous la différence entre injustice et inégalité…  Si l’on ne fait pas les efforts nécessaires,  il est normal que ca ne marche pas…

 

En résume, le choix de vie :

 

la jeunesse, la beauté, la richesse, l’intelligence et même l’amour  ne sont pas des garants de bonheur… Acceptez donc les inégalités au lieu de vous y résigner…

 

Profitez de ses propres chances, faites le bon choix et mettez à profit ses erreurs.. Il n’y a pas d’échecs, il  n’ya que des essais négatifs… Il faut recommencer: la clé du bonheur est un long effort, il est difficile que cela devienne facile ..

 

fonds-ecran-fleurs-roses-10

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

12345...18
 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721