DE RETOUR

Posté par sylvie le 13 septembre 2017

Bonne rentrée à tous amis lecteurs ……Un peu moins présente sur ce blog depuis quelques mois mais j’espère y revenir plus souvent … Pour une rentrée en douceur,  un petit texte sympa :

 

LA NATURE , OBJET DE CONTEMPLATION :

Les étoiles,

Diamants dans le ciel,

Enchantent ma nuit,

Et me rappellent que des milliers d’yeux

Au même instant les contemplent.

belle fille

 

 

Publié dans PENSEES | Pas de Commentaire »

LE TEMPS

Posté par sylvie le 1 juin 2017

LE TEMPS

Le temps aux plus belles choses

Se plait à faire un affront

Il saura faner vos roses

Comme il a ridé mon front »…… disait le vieux Corneille à quelque jeune fille…

 

 

« Sous le pont Mirabeau coule la Seine

Et nos amours

Faut-il qu’il m’en souvienne »…. disait Apollinaire…

 

 

Le passé…était-il une clôture pour une zone interdite…

ou était-ce…une ouverture vers une vie inédite?

Le présent est-il un…tremplin te propulsant vers demain…

ou est-ce…une simple gare pour que tu t’y égares?

 

 

Le futur…sera-t-il une envolée vers tes rêves non réalisés…

ou sera-t-il la marche funéraire de tes projets à ne pas faire?

Une seconde…est-ce l’éternité d’une émotion qui te fait vibrer…

ou est-ce…une petite particule dans laquelle rien ne s’articule?

 

 

Une minute…est-elle assez pour aimer quelqu’un que tu auras croisé…

ou est-ce… un peu trop fugitif pour en devenir captif?

Une heure…est-ce une seconde que tu veux te conserver…

ou est-ce…une éternité pour agrandir ton monde?

 

 

Le temps…calculable mais jamais palpable…

le temps…qui n’est rien si tu n’y mets pas du tien.

trop belle image

Publié dans DIVERS | 2 Commentaires »

LE SEMEUR

Posté par sylvie le 16 mai 2017

Saison des semailles. Le soir

C’est le moment crépusculaire.
J’admire, assis sous un portail,
Ce reste de jour dont s’éclaire
La dernière heure du travail.

Dans les terres, de nuit baignées,
Je contemple, ému, les haillons
D’un vieillard qui jette à poignées
La moisson future aux sillons.

Sa haute silhouette noire
Domine les profonds labours.
On sent à quel point il doit croire
A la fuite utile des jours.

Il marche dans la plaine immense,
Va, vient, lance la graine au loin,
Rouvre sa main, et recommence,
Et je médite, obscur témoin,

Pendant que, déployant ses voiles,
L’ombre, où se mêle une rumeur,
Semble élargir jusqu’aux étoiles
Le geste auguste du semeur.

_le-semeur

VICTOR HUGO

Publié dans POESIES | Pas de Commentaire »

LA LIBERTE

Posté par sylvie le 1 mai 2017

Si la philosophie ne devait retenir qu’un concept, ce serait sans doute celui de la liberté. S’il n’a pas toujours été au centre des préoccupations, il l’est du moins   à l’époque moderne.

La liberté est aujourd’hui une valeur universelle, le pilier de tous les régimes démocratiques. Depuis trois siècles, les hommes se battent et se révoltent en son nom. La réflexion philosophique ne pouvait être totalement étrangère à cette tendance historique qui pousse les hommes vers la liberté.

La liberté est une notion aux multiples facettes,et si elle est chère à tous les coeurs, tous ne l’entendant pas de la meme maniere. 

Être libre, en première approximation, c’est ne recevoir d’ordre de personne. Plus généralement  c’est vivre sans dépendre d’une volonté étrangère ou d’un pouvoir extérieur; la forme première de la liberté est donc incontestablement l’indépendance.La liberté passe aussi par l’indépendance économique. La liberté de disposer de sa vie ne saurait être entière si l’on n’est pas libre de la gagner, il est donc parfaitement conforme à une réflexion sur la liberté d’inclure l’exigence que le travail lui aussi , soit libre  et que l’homme s’y réalise, alors que bien souvent il n’est qu’un effort péniblement consenti sous le double effet d’une nécessité extérieure (celle de  satisfaire ses besoins) et d’une contrainte sociale .

 

Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom

Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom

Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom

Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom

Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom

Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom

Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom

Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom

Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom

Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom

Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom

Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom

Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom

Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom

Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom

Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom

Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom

Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom

Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom

Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom

Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer

Liberté.

Paul Eluardbelle fille

 

Publié dans DIVERS, PHILOSOPHIE | 3 Commentaires »

LE PRINTEMPS

Posté par sylvie le 21 mars 2017

A LA RENCONTRE DU PRINTEMPS

A la rencontre du printemps

,Cheveux au vent,

Tambour battant,

Allons-nous-en,

A la rencontre du printemps.

Des arbres, des toits, des auvents,

Il pleut des milliers d’hirondelles

Le soleil verse sur les champs,

De pleins paniers de fleurs nouvelles

.Cheveux au vent,Tambour battant,

Allons-nous-en,

A la rencontre du printemps.

Prenons nos trompettes gaiement ,

Et sonnons la mort de l’hiver

.La terre est comme un agneau blanc

Dans les bras nus de l’univers.

Cheveux au vent, Tambour battant,

Allons-nous-en,

A la rencontre du printemps…

MAURICE CAREME

pont tres fleuri

 

Publié dans DIVERS | 1 Commentaire »

MON HUMEUR DU SOIR

Posté par sylvie le 5 mars 2017

 

Entre le rire et les pleurs,

Entre l’attachement et le détachement

Entre le manque et la plénitude

Entre la dépendance et l’autonomie

fleurs11

Entre le vrai et le faux,

Entre le masculin et le féminin,

Entre le bonheur et la tristesse,

Entre l’absence et le présent,

Entre la naissance et la mort,

Toute vie au milieu…

Une vie pour apprendre à nommer ses émotions.

 

Entre le bonheur et la tristesse,
Entre l’absence et le présent,
Entre la naissance et la mort

Toute une vie au milieu…
une vie pour apprendre à nommer ses émotions

Publié dans DIVERS | 1 Commentaire »

ESTIME DE SOI

Posté par sylvie le 28 janvier 2017

L’ESTIME DE SOI INFLUENCE NOS RENCONTRES :LE BESOIN DE COHERENCE

 

L’être humain a un besoin de cohérence. La vision qu’il a de lui même doit correspondre à la vision qu’il pense que les autres ont de lui.  Ce besoin de cohérence est nécessaire car il permet d’avoir des relations sociales  » normales »..Imaginez que vous ayez une mauvaise estime de vous, mais que tous les gens autour de vous pensent  » waow, ce gars a une sacrée confiance en lui » . Cela déboucherait sur des comportements inadaptés de part et d’autre, des incompréhensions, voire des conflits, car vous ne comprendriez pas que les autres pensent cela de vous ( même si cela peut vous faire du bien momentanément,vous auriez vite peur de ne pas être à la hauteur des attentes …))

 

LE PHENOMENE D’AUTO VÉRIFICATION

Ce besoin de cohérence implique un phénomène d’auto vérification. Cela signifie que nous recherchons auprès d’autrui la confirmation de la représentation que nous avons de nous mêmes et nous nous présentions spontanément de façon à susciter cette confirmation. Évidemment si on interrogeait une personne dans la rue et qu’on lui demandait  » essayez vous de donner une bonne image  de vous quand vous rencontrez quelqu’un pour la première fois? »  elle vous répondrait  » oui évidemment ». Et ce serait vrai. Mais ce n’est pas si simple. Malgré nos efforts, nous envoyons certains signaux aux autres. Une bonne ou une mauvaise estime de soi se voit, de façon inconsciente : gestes, phrasé, gestuelle hésitants ou assurés. En d’autres termes, nous sommes nos meilleurs amis, ou nos pires ennemis… Car une personne ayant une estime de soi positive, recherchera des gens qui lui renvoient cette bonne image qu’elle a d’elle même. Et, bizarrement, la même-chose se passe en cas d’estime de soi négative. Et ce besoin d’auto vérification est quelquefois supérieur à d’autres besoins, comme celui de se sentir heureux…

 

ETRE OU PARAITRE ?

Notre besoin d’auto vérification entre souvent en conflit avec notre besoin de valorisation, c’est à dire le besoin qui nous pousse à nous montrer intelligents et spirituels en société, ce qui est assez épuisant à la longue. Il s’avère que le besoin de valorisation est important., mais qu’il ne fonctionne que sur du court terme, c’est à dire au début d’une relation, pendant la phase de séduction et de mutuelle idéalisation. Cela explique que les mariages qui tiennent le plus longtemps sont ceux dans lesquels chacun est  » lucide  » sur son compagnon, contrairement à ceux où l’un des partenaires a une image de l’autre trop idéalisée.

 

« TU ES TROP BIEN POUR MOI »- LE SYNDROME DE L’IMPOSTEUR

Il arrive cependant qu’il y ait un décalage entre ce quelqu’un pense de lui même et ce qu’il croit que l’autre pense de lui. Par exemple, celui qui a une mauvaise estime de soi  pense alors qu’il ne mérite pas l’attention de son partenaire et que ce dernier va finir par démasquer  » l’imposteur »… Il fait tout alors pour  » lui ouvrir les yeux » : jalousie agressive, crises d’angoisses ou dévalorisation  de soi constante. Après avoir provoqué la rupture, il se dira  » j’avais raison, je suis vraiment nul » ce qui va ainsi confirmer ce qu’il pensait déjà de lui..  Ce cas est extrême, mais ce  » syndrome de l’imposteur » apparaît aussi au quotidien : nous avons alors tendance à minimiser les compliments que nous ne pensons pas justes (  » oh, je n’ai fait que suivre la recette » ou  » tout le monde aurait pu le faire » . C’est ce qu’on peut appeler la modestie.

En ce qui concerne les critiques, celles qui  » disent la vérité » nous touchent plus durement que celles que nous pensons exagérées. Mais les critiques qui reflètent ce que nous pensons peuvent nous donner un coup de fouet et nous  » faire bouger »- Ce sont les plus efficaces.

 

BO REGAR

 

Publié dans PSYCHOLOGIE | Pas de Commentaire »

REFLEXION SUR LE BONHEUR

Posté par sylvie le 14 janvier 2017

 

Le bonheur est un état présent.

 

Un bonheur passé n’est plus du bonheur et un bonheur à venir n’en est pas encore un.

 

Plus qu’un état présent, le bonheur serait même une capacité à accueillir le présent et seulement le présent.

 

Au diable le passé et son lot de conflits ou blessures, au diable l’avenir et son lot de soucis, le bonheur est là maintenant et pour le connaître nous devons nous extraire du passé et de l’avenir.

 

Sachons apprécier  les petits moments ,ces moments de tendresse ,d’amitié ,d’amour  qui nous feront dire :  » oui…en ce moment , je suis heureux (se)

 

JOIE

 

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

LA PENSEE POSITIVE

Posté par sylvie le 26 décembre 2016

LA PENSEE POSITIVE

 

Ce n’est pas tant ce que nous percevons que la manière dont nous le percevons qui importe. Ainsi le regard que nous portons sur notre vie nous fait dire que nous la trouvons satisfaisante et heureuse ou, au contraire, insatisfaisante et malheureuse. Les optimistes ont une vision particulière d’eux-mêmes et du monde qui diffère de celles des pessimistes.

 

« Le bonheur de ta vie dépend de la qualité de tes pensées » disait Marc-Aurèle. L’individu qui génère dans son esprit des images déprimantes se sent déprimé, celui produit des pensées déséspérantes prend peur, celui qui se livre à des représentations mentales décourageantes perd la motivation, et ce , sans même avoir été confronté à une situation catastrophique.

 

Celui qui pratique la pensée positive se représente la vie en train de continuer malgré les coups durs. En y regardant de plus près, il voit même parfois le bon côté des évènements malheureux, se disant que rien n’est totalement bon ou totalement mauvais. Il est prouvé que l’individu qui porte un regard positif sur lui-même et sur le monde influence positivement son état psychique et augmente sa joie de vivre. L’optimisme est à la base du sentiment de satisfaction et de la confiance en l’avenir.

 

Face à des situations difficiles, les optimistes gardent confiance et espoir. Ils ne refoulent ni ne nient leurs problèmes. Dans l’idéal,ils analysent leurs erreurs pour les éviter à l’avenir. Ce qui ne veut pas dire qu’ils ne sont pas ébranlés par des coups du sort ou des défaites. Mais ils vont de l’avant même après avoir essuyé un échec..

La pensée positive n’a rien à voir avec l’attitude irréaliste qui consiste à voir tout en rose, le refoulement ou le déni ….

Une croyance très répandue voudrait que les individus deviennent pessimistes en subissant trop d’évènements malheureux dans leur vie. Or, ce n’est ni la quantité, ni la dureté des coups du sort  auxquels ils sont confrontés qui rendent les individus pessimistes ou dépressifs… Les optimistes vivent autant d’échecs, de défaites et de tragédies que les pessimistes mais ils les surmontent mieux.

Une attitude optimiste exerce une influence positive sur les situations de stress. Plus ouverts, les optimistes s’adaptent mieux à des situations nouvelles. De plus, ils manifestent moins de symptômes physiques du stress lorsqu’ils sont confrontés à des situations éprouvantes.  Ils sont moins sujets à la tension nerveuse, à la peur, à la colère, et à la fatigue.

Les pessimistes ont tendance à se sentir  menacés par certains évènements ou changements dans leur vie, d’où les doutes qui les assaillent et les ruminations mentales auxquelles ils se livrent. L’individu qui a peur, a encore plus peur face à des situations anxiogènes parce que son système d’alerte physique et psychique est activé en permanence.. La peur bloque le cerveau… Parfois nous avons tellement peur ou que nous sommes stressés que nous devenons incapables de penser. Les états d’alerte, dont la peur et le stress font partie, activent direment  le noyau amygdalien de notre cerveau.bf0059aa

 

Publié dans PSYCHOLOGIE | 1 Commentaire »

MA PENSEE DU JOUR

Posté par sylvie le 8 décembre 2016

 

C’est notre gaieté ou notre tristesse qui rend les horizons riants ou tristes

Une personne ayant l’âme en joie trouve à se divertir là où d’autres moins disposées ne voient rien qui puissent les interesser.

 

THEOPHILE GAUTIER

 

JOIE

Publié dans DIVERS | Pas de Commentaire »

12345...16
 

Cottoncandy6964 |
Voir ,entendre et écouter N... |
Liresouslemagnolia |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Username25945
| Freewritting
| Huangxiuqing0721